Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

17 octobre 2006 2 17 /10 /octobre /2006 16:27

undefined

  

Film japonais de Kazuaki Kiriya (2005)
Genre : Science fiction, Animation
Avec : Yusuke Iseya, Kumiko Aso, Akira Terao
Durée : 2h 10 
        

Résumé : Dans un futur apocalyptique, une expérience scientifique aboutit à la création d'êtres aux pouvoirs extraordinaires, immédiatement massacrés par des unités militaires. Seul un groupe survit.
Les créatures humanoïdes décident de se venger de toute l'humanité à l'aide d'une armée de robots. Pour contrer leurs plans de destruction, le responsable de leur création accidentelle plonge le corps de son fils défunt dans la même solution liquide qui aboutit à la naissance de la race des mutants.
Revenu d'entre les morts, Tetsuya Azuma est le dernier espoir de l'humanité...

 

undefinedMa critique : Bon d'accord, le pari était risqué : regarder un film dont 80% des personnes qui l'avaient vu disaient qu'il était nul, fallait oser.  Mais je l'ai vu et mon avis est plutôt mitigé. Certes je n'ai pas adoré, mais je n'ai pas complètement détesté. Casshern est un de ces films qu'on ne voit pas souvent et qui visuellement ose quelque chose rarement vu au cinéma jusqu'ici. Casshern est ce que j'appellerai un film expérimental, et certainement pas un blockbuster. Une expérience c'est quand on prend plusieurs choses différentes, qu'on mélange tout ça et qu'on attend de voir le résultat. Casshern, c'est exactement ça. C'est un film qui se veut visuellement, comme dans le discours, très ambitieux. Au niveau de l'image, il n'y a pas un genre défini : c'est un mélange d'images d'animation-manga, d'images sépia et en noir et blanc. Au niveau du scénario, c'est assez complexe. Des fois on comprend tout, et d'autres fois plus rien. Casshern n'est pas un film d'action à proprement parlé, il y a plus de paroles et de discours que de combats.

Ceux qui s'attendent à un gros blockbuster seront déçus et parfois trouveront le temps long. Les scènes de combat ne sont pas d'une très grande réussite : certes ils ne sont pas brouillons, mais déconcertent assez. Difficile de toujours bien suivre les mouvements et le combat, mais ça reste regardable.  Quant aux acteurs, ils sont presque tous des inconnus mais ont beaucoup de charisme, et portent bien sur leurs épaules l'ambitieux projet de leur réalisateur. 

Pour conclure, Casshern est un projet expérimental, intéressant à bien des niveaux, mais qui reste inachevé. Un film donc à voir une fois, mais pas à garder dans sa DVDthèque. On attend avec impatience un film qui aura les mêmes capacités que Casshern, mais cette fois-ci bien finalisé.

Ma note : 10/20

 

Partager cet article

Repost 0
Published by sophcaro - dans science-fiction
commenter cet article

commentaires

Lucas 27/03/2017 10:37

« Casshern » est un long-métrage que j’ai vu pour son casting, car j’aime bien l’actrice japonaise Kumiko Asō. Cependant, je n’ai pas vraiment apprécié le scénario. Je trouve qu’il manquait plusieurs détails.

Émy 06/03/2009 16:42

Bonjour,Je suis tout à fait d'accord avec votre avis concernant ce film. J'avais été déçue par le fait que, mine de rien, il manquait quelque chose à ce film qui commençait pourtant pas si mal que ça. Ce film reste pour moi un immense gachis.

coju 24/05/2007 04:43

enfin bon moi je l'ai trouvé assez sympal'histoire est prenante mais je crain un peu la realisationon  comprend pas tout, les flashbacks sont durs a suivre 

Cha-Lou 07/04/2007 17:24

salut ^^ je passais par là. Ca fait plaisir de voir le blog d'une personne qui a le même interêt que moi pour la production cinématographique d'Asie.
En ce qui concerne Cashern, je partage ton avis mais j'aurais été moins sympa pour la note. D'un autre côté, je comprends pourquoi tu a décidé de mettre cette note là, car moi  même, en regardant ce film, je me suis dit "au fait y'a pire". Mais globalement, j'ai finalement trouvé ça mauvais.

raindrop 14/11/2006 11:53

je n'ai rien compris à Casshern et je me suis ennuyé.autant dire que c'était pas gagné. quand en plus on nous assène un vieux message à la fin du style: "on va essayer de vivre ensemble malgré nos différences. GAMBATTE." ben je préfère m'en aller plutot d'entendre ça plutot que d'être sourd!pouet.