Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 06:00

 


Film coréen de Yun-Ho Yang (2005)
Genre : drame
Durée : 1h50
Avec : Seong-Jae Lee, Min-Su Choi

 

 

L'histoire : En 1980 une loi est instaurée contre la criminalité, rallongeant entre autre les peines de prison. Quelques prisonniers, trouvant cette loi totalement injuste et inhumaine, lancent un projet d'évasion afin d'alerter l'opinion public.

 

Critique : Holiday est un film qu'on veut aimer de par son propos courageux et politisé. Malheureusement, la surenchère descend toute la bonne volonté du film. Comme souvent dans les films coréens.

Pourquoi les scénaristes asiatiques croient toujours que le message passe mieux en nous pondant une fin pareille ?? Pas
besoin de tomber dans le larmoyant à outrance, pour marquer le spectateur. Malheureusement, c'est quelque chose qui a dû mal à être compris chez nos amis coréens...
 
C'en est d'autant plus frustrant, que Holiday est en grande partie un film prenant et intéressant. Les thèmes abordés, injustice, corruption, ne peuvent que rallier le spectateur à la cause du héros, surtout quand on sait que les faits sont véridiques. Malheureusement, les choix faits par les protagonistes pour faire éclater la vérité sont souvent bancals et ridicules, diminuant l'impact du propos.

Dès le début, on voit mal comment ils vont réussir à se faire entendre, et le final n'est donc pas vraiment surprenant. Il n'en reste pas moins que les choses auraient pu êtres faites de manière plus subtile, sans devoir passer par le grandiloquant, si cher aux cinéastres coréens.

 
Note : 12,5/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 06:00


 


Film vietnamien de Truc 'Charlie' Nguyen (2007)
Genre : action, aventure
Durée : 1h45
Avec : Johnny Nguyen, Thanh Van Ngo, Dustin Nguyen

 

L'histoire : En 1922, le Vietnam est sous tutelle française, et la France n’est pas très aimée parmi les habitants. Partout, des milices locales se forment, et la rébellion gronde. Pour riposter le gouvernement colonial déploie des unités d’agents secrets vietnamiens. Leur mandat ? Remonter des filières révolutionnaires, et exterminer ces rebelles. L’un des meilleurs agents au service du gouvernement, remet en question sa loyauté. Lee Van Cuong n’arrive plus à oublier le sang de ses compatriotes, versé par sa faute… Il a beau boire, sa conscience le torture sans relâche. Puis, un jour, l’ignoble Sy, un ambitieux cruel depuis longtemps vendu aux Français, met la main sur la fille du commandant rebelle. Pour Cuong, il s’agit de la goutte qui fait déborder le vase… Il fera donc évader Vo Tanh Thuy cette combattante révolutionnaire, et s’enfuira avec elle.

 

Critique : The Rebel a tout pour plaire : de l'action, de l'aventure, et de beaux paysages. Malheureusement, il lui manque ce petit quelque chose pour devenir un film incontournable et mémorable.

Tout d'abord, pour aborder les points positifs du film, il est indispensable de parler de ses scènes d'actions. C'est un film bardé de scènes du genre, toutes bien chorégraphies et sympas. Sans être non plus d'une grande originalité, elles sont efficaces et de bonne facture. Les acteurs sont tout à fait crédibles dedans, que ce soit le héros ou sa jolie acolyte.

Par contre, au lieu de développer en profondeur la trame historique, on appuie sur quelques points seulement de l'Histoire, ce qui devient redondant et lassant à force.

Le principal problème du film, c'est son scénario. Pas un instant cette histoire ne m'aura vraiment passionnée, ce qui est dommage, vu les nombreuses qualités dont est pourvu le film. Certains acteurs sont d'ailleurs un peu juste, dont l'ennemi de nos deux fuyards, pas vraiment crédible. Le héros lui-même est plutôt effacé par la prestance et le jeu de la fille du commandant rebelle. Il faut bien avouer qu'il n'a que deux véritables atouts : son physique, et sa très grande maîtrise dans les scènes d'action (malgré sa musculature à l'opposée de celle de Schwarzie).

The Rebel n'est donc pas le grand film historique qu'on pouvait espérer. Au lieu de ça c'est un film réussi, qu'on regarde sans une pointe d'ennui, mais dont on attendait plus.
 
Note : 15/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 12:18


thechaser.jpg


Film coréen de Hong-Jin Na (2008)
Genre : thriller, policier
Durée : 2h
Avec : Yun-Seok Kim, Jeong-Wu Ha


L'histoire : Un tueur sévit en ville et tue impunément des nombreuses prostituées. Il n'est pas vraiment inquiété, la prostitution étant une activité illégale et les maquereaux pensant souvent, que leurs filles se soient sauvées. Jusqu'au jour où l'un de ces protecteurs (et ancien flic) découvre la véritable raison de la disparition des femmes. Ayant justement envoyé l'une d'entre elles dans le repaire du tueur, il lui demande de lui envoyer l'adresse du malade mental par SMS… sauf que le réseau ne passe pas. La course contre la montre peut commencer pour tenter de sauver la femme à temps.


Critique : The Chaser est un film au scénario très original. C'est ce qu'on en retiendra surtout, même si ce ne sont évidemment pas ses seules qualités. Le point le plus original à et surprenant c'est que dès le début, *spoilers* le tueur est arrêté. *spoilers*. Ce qui aurait pu signer en conséquence la fin du film, n'est en réalité que le début d'un suspens insoutenable, pour retrouver la victime. Le héros va-t-il y arriver ?

Le film commence plutôt lentement, jusqu'à finir en crescendo. Malheureusement, la fin n'est pas à la hauteur de nos espérances. Attention, ce film est dur, cruel, et violent. A ne pas être vu par tous, donc, car même s'il n'y a que 2 scènes vraiment dures, elles ne vous inspireront que du dégoût. Vous êtes prévenus.  


The Chaser s'en sort bien par ses bons acteurs, sa mise en scène et son scénario (tiré d'une histoire vraie). Malheureusement, celui-ci comporte néanmoins quelques invraisemblances, notamment sur la fin où on se demande pourquoi *spoiler* la flic qui file le tueur ne va pas voir ce qui se passe dans la supérette, et comment c'est possible qu'elle ne le voit pas sortir *fin spoiler*. Des invraisemblances et une surenchère en violence qui ne font que rabaisser le bon potentiel du film, et laisser un goût amer lors du dénouement final.

 

Note : 12,5/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 14:42


Film japonais de Yôhei Fukuda (2008)
Genre : action, horreur
Durée : 1h25
Avec : Eri Otoguro


L'histoire : Il suffit d’un scientifique, avec un penchant pour les expériences sur la résurrection, pour vous foutre en l’air un pays. La preuve : le docteur Sugita est responsable de l’invasion de zombies qui a réduit le Japon – et peut-être même le monde – à néant ou presque, et plongé les survivants dans le chaos. Parmi ces victimes potentielles des non-morts, condamnés à se nourrir de leurs proches et amis un jour ou l’autre, une lueur d’espoir : la silhouette d’Aya, vêtue d’un bikini de cuir et d’un boa blanc, son sérieux impassible et la lame de son épée... Flanquée d’un sidekick inutile et bavard, Katsuji, elle détruit tous les zombies sur son chemin, avec pour seul objectif de retrouver sa sœur Saki, responsable de la mort de son père et traitre à la cause des humains. Katsuji lui, a perdu sa frangine aux assauts des non-morts, et la belle Reiko, motarde et fine gâchette qui ne tarde pas à rejoindre leur combat...

Critique : Lourde tache que celle d'adapter un jeu vidéo. Je mentirai en disant que je n'ai pas eu quelques apréhensions concernant la qualité de ce film. Je dois dire que j'ai été plutôt agréablement surprise. Tout d'abord, l'actrice principale qui interprète le rôle d'Aya, est très convaincante dans le rôle. Elle est quasi inexpressive et ne parle pratiquement jamais durant le film. Elle ne fait pas un instant potiche malgré son (très !) joli minois, et est très crédible dans le rôle. Concernant la tenue légère qu'elle porte dans le jeu vidéo (et qu'on voit sur l'affiche), j'ai été surprise de constater qu'on la voyait finalement pas tant que cela. En effet, elle porte pendant les 3/4 du film un pancho par dessus, qu'elle retire seulement à quelques reprises histoire de prendre un peu l'air. C'était une assez bonne idée scénaristique.

Elle est accompagnée durant son voyage par Reiko, belle motarde qui dézingue tout sur son passage et Katsuji, le type inutile, bavard, et facilement effrayé, qui ne sert qu'à apporter une petite touche comique au film. 
Le film est assez violent, et gore, à l'image du jeu vidéo. Le sang gicle de partout (jusque sur l'écran !), les têtes volent, et les zombies sont bien joués et maquillés. Mais malgré cela, il faut bien avouer que le film ne fait pas vraiment frissonner. Cela est surtout dû à une réalisation très low budget, avec des effets spéciaux qui laissent vraiment à désirer. Tout le combat final d'ailleurs s'avère assez passable. Il est clair que le réalisateur a cherché à coller au maximum à l'esprit du jeu, mais ses moyens financiers l'empêchaient de produire quelque chose de vraiment intéressant visuellement. C'est un peu dommage, car en dehors de ça les chorégraphies sont bien réalisées, et les actrices assurent vraiment et ne se cantonnent pas au strict minimum.

Hormis cela le scénario est plutôt mince, ce qui ne signifie pas qu'il est pour autant inintéressant. Plusieurs flashbacks parsèment le film pour nous permettre de comprendre qui est cette héroïne froide, et quel est son passé. C'était plutôt bien trouvé, afin que le film ne tombe pas complètement dans le film d'action pur et dur. Il ne faut cependant pas se voiler la face, il l'est à 90%, ce qui n'est pas vraiment un défaut. Et puis après tout, c'est l'adaptation du jeu vidéo.

Au final, on passe un agréable moment et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Des moyens financiers supplémentaires et cela aurait pu donner un excellent film d'horreur/action.


Note : 14,5/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:48



Film japonais de Yoshinori Kobayashi (2007)
Genre : action, policier
Durée : 1h50
Avec : Ryoko Shinohara, Yosuke Eguchi


L'histoire : La flic dur-à-cuire Natsumi Yukihira a des résultats d'exception mais son dévouement et son tempérament ingérable lui ont coûté son mariage, la perte de la garde de sa fille et la méfiance de ses collègues. Elle doit maintenant affronter des terroristes qui ont pris possession de l'hôpital où sa fille est soignée.


Critique : Unfair the movie s'adresse surtout à ceux qui ont vu le drama japonais du même nom (critique ICI sur mon autre blog).

Il reprend déjà la plupart des personnages et acteurs du drama, dont la sublime et charismatique Ryoko Shinohara (qu'on aimerait voir plus souvent à l'écran). Le rythme est scrupuleusement le même que le drama, surtout lent, et avec tout de même de temps en temps un peu d'action. A ce propos, je trouve d'ailleurs que le format passe beaucoup mieux, car en 1h50 on voit beaucoup moins le temps passer par rapport au drama, qui pouvait s'avérer quelques fois un peu soporiphique.

On reprend aussi le système de l'héroïne qui envers et contre tous mène sa petite mission seule (ou presque). Après tout c'est une suite directe au drama, et on sent bien que Natsumi fait toujours aussi peu l'unanimité auprès de ses collègues lol

L'intrigue suit aussi le même cheminement que celle du drama. On s'amuse à nous envoyer continuellement vers de fausses pistes. Ce n'est qu'à la fin qu'on sait qui est le réel coupable. Tout comme le drama, le suspens est maintenu jusqu'au bout.

Au final, je ne me suis pas ennuyée. J'ai aimé le drama, et le film en étant une quasi-copie, c'est presque tout naturellement que j'ai apprécié. Par contre, la question peut se poser pour celui qui n'a jamais vu le drama. Ne risque t-il pas de s'ennuyer à cause de son rythme très particulier ? C'est donc un film que je conseillerai surtout à ceux qui ont vu et aimé le drama. Pour les autres, je ne suis pas sûre que le film vous apporte grand-chose. Si ce n'est pour la sublime Ryoko, bien sûr ;)

Note : 14/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
5 octobre 2008 7 05 /10 /octobre /2008 05:00


Film chinois de John Woo (2008)
Genre : wu xia pian
Durée : 2h25
Avec : Tony Leung, Takeshi Kaneshiro, Gang Xie, Vicki Zhao Wei

 

L'histoire : Red Cliff et le premier volet d'une fresque reprenant l'histoire des trois royaumes (Shu, Wei et Wu) qui s'affrontairent au IIIème siècle. Cao Cao, premier ministre des Wei emmène plus de mille hommes pour vaincre les les Shu. Ces derniers par l'intermédiaire de Zhu Ge Liang ne tarderont pas à demander à sun Quan et aux Wu de joindre leurs forces et contrecarrer les désirs de conquète de Cao Cao.

Critique : Le film commence très fort, avec une bataille impressionnante. Puis le rythme global du film s'essoufle... Pourquoi ? Parce que John Woo nous peint ici une grande fresque, en plusieurs volets, donc évidemment il faut bien meubler du mieux possible, pour avoir des choses à montrer dans les films suivants...

Je commence donc ma critique par un aspect négatif du film. Le film dure près de 2h30, et malheureusement il nous arrive parfois de trouver le temps long. Certains passages n'ont pas de réel intérêt, et pourtant durent bien trop longtemps.  Le jeu des acteurs n'est pas non plus parfait. Tony Leung est limite. J'aime bien Kaneshiro, mais suis-je la seule à avoir trouvé son jeu très agaçant à force ? Autre point négatif. On est immergé très rapidement dans l'intrigue, sans réelle introduction, et le début peut s'avérer difficile à suivre, mais surtout, pas facile de retenir qui est qui... 

Je m'arrête là pour les points qui m'auront déçu. Red Cliff reste un film épique réussi. Esthétiquement le film est un sans faute. C'est beau et bien filmé. Les batailles sont aussi exceptionnelles, d'un point de vue visuel (pas de passages brouillons ou illisibles), et scénaristique. 


Je me dois aussi de noter la présence de l'actrice Zhao Wei que j'aime tout particulièrement, dans un rôle qui m'a bien surpris, à l'opposé de celui qu'elle jouait dans le médiocre Les guerriers de l'empire céleste. Ici elle est amusante, mesquine, un vrai bol d'air frais en somme. J'adore.  

Au final, il est difficile de ne pas accrocher à ce Red Cliff. Bourré de qualités, visuellement magnifique et dirigé par un réalisateur qu'on ne présente plus, le film est une réussite. On attend donc la suite, en espérant tout de même, que le rythme s'intensifie un poil davantage. La perfection n'existe pas, mais pourquoi ne pas essayer de la frôler ?


Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans Films de sabre
commenter cet article
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 05:00


1er Octobre

Héros de Guerre





Résumé
: 1948. La campagne de Huaihai, durant la guerre civile chinoise, s'interrompt pour l'hiver. Le capitaine Guzidi, commandant la neuvième compagnie de l'armée populaire, mène une unité d'infanterie composée de seulement 46 hommes lors d'une mission de tirs pour défendre la rive sud de la rivière Wen. Ses ordres sont clairs : combattre jusqu'à ce que sonne le ralliement...













8 Octobre


A War named Desire





Résumé
:
A la mort de sa grand-mère, Chun décide de retrouver son frère qui est devenu un membre influant de la mafia thailandaise, en pleine guerre de pouvoir.















15 Octobre


A Battle of Wits



Résumé : En 370 av.JC, à l'époque des royaumes combattants, le puissant royaume de Zhao se prépare à aller conquérir le royaume de Yan. Le petit royaume de Liang à la malchance de se trouver en travers du chemin des 100 000 hommes de Zhao, et il est décidé que leur cité devait être conquise. Désespérée la petite cité qui ne peut aligner face à la terrible armée de Zhao que quelques guerriers et sa population de paysans et d'artisan attend son salut de la venue de guerriers Mozys. Appartenant à l'école des Moïstes les Mozys sont de redoutables stratèges qui mettent leurs connaissances aux services des cités en danger. Leur philosophie professe en effet le fraternité humaine, la non violence, le sens de l'honneur et de la justice. Alors que tout semble perdu, un homme apparaît enfin, Ge Li. Celui-ci, pour sauver la cité devra faire face non seulement aux ennemis en sur-nombre et à leur général déterminé mais aussi à la personnalité tourmentée du roi de Liang et aux manoeuvres politiques de ses ministres.











22 Octobre

Cinderella





Résumé : À 17 ans, Hyunsu est une jeune étudiante sans histoire. Sa meilleure amie décide d’avoir recours à la chirurgie plastique. Allongée sur la table d’opération, pieds et poings liés, elle va vivre son pire cauchemar…

Repost 0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 12:30



Film thaïlandais de Kongkiat Khomsiri (2007)
Genre : action, drame
Durée : 1h55
Avec : Puthichai Amatayakul (Piak), Sonthaya Chtimanee (Sa-maw)



L'histoire : Dans les années 70, trois gamins d'un même village thaïlandais se lient d'amitié en pratiquant un art martial ancestral: le MUAY THAI. Alors qu'ils deviennent des hommes et des boxeurs aguerris, ils se rendent à Bangkok pour réaliser leur rêve: devenir des combattants professionnels...
Pendant que l'un accède aux plus grands rings de la capitale, les autres s'enfoncent dans l'enfer des combats clandestins jusqu'à devenir hommes de main d'un gang mafieux...


Critique : Boxers est un film thailandais assez méconnu, et pourtant pourvu de nombreuses qualités. J'ai déjà presque pas vu passer les deux heures du film. Ensuite, même si la boxe est un sujet important du film, il faut noter qu'il n'y a pas autant de combats de boxe que cela. Ce qui était loin de me déplaire, vu que je ne suis pas spécialement amatrice de ce sport. Evidemment cela risque par contre de contrarier ceux qui regardaient le film justement dans ce but...


Boxers n'est pas exempt de stéréotypes : on a le gentil, le méchant, et le gars un peu idiot. Le méchant (ou en tout cas qui va le devenir) et l'idiot s'associent et tournent mal, alors que le gentil tente désespérement de continuer sur la voie du bien sans se faire influencer par le milieu dans lequel il évolue.
 
La boxe n'est pas l'unique thématique du film. On suit principalement le parcours des deux hommes s'enfonçant dans le milieu mafieux, et le film s'oriente davantage vers le drame humain. Un film plus accès sur la psychologie des personnages, que sur la boxe. Les fans d'arts martiaux risquent de se sentir trahis, les autres apprécieront une histoire certes pas révolutionnaire, mais bien menée pour intéresser.


Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 12:22


6 Septembre


The Restless






Résumé : Dans la foi boudhiste, il est dit que lorsqu'un corps meurt, l'âme ne part pas immédiatement. En pleine période de guerre, un guerrier assassin est tué. Son âme errera pendant 49 jours entre la mort et l'autre monde.

                                                                   



















                        10 Septembre

CJ7





Résumé : Un père et son fils vivent dans une cabane improvisée et ont bien du mal à joindre les deux bouts. Au moment des fêtes de Noël, alors qu’il cherche un jouet pour son fils, le père tombe sur une balle en caoutchouc qui s’avère être un adorable extraterrestre aux pouvoirs étonnants…




















Appartement 1303






Résumé : L’appartement 1303 est blanc, lumineux et aéré et possède un rideau blanc qui est porté par le souffle du vent sur le balcon. Il est situé au 13ème étage d’un grand bâtiment. La vue sur la mer est à couper le souffle, mais l’histoire de l’appartement est choquante. En effet, bon nombre de jeunes femmes s’y sont suicidées en se jetant du balcon et la tragédie est sur le point de se reproduire…
















18 Septembre

Train de Nuit








Résumé : Wu Hongyan est huissier de justice dans un tribunal de l'Ouest de la Chine. Elle s'occupe de femmes attendant leur exécution, le plus souvent condamnées pour crime passionnel. Chaque week-end, cette femme d'une trentaine d'années fait un long trajet en train pour se rendre en ville, à une soirée dansante pour célibataires.
Ses rencontres amoureuses sont décevantes, jusqu'au jour où elle est attirée par le mystérieux Li Jun. Mais elle découvre que l'épouse de ce dernier est une de ses détenues












21 Septembre


Shadowless Sword





Résumé : En 926 la capitale du royaume coréen de Balhae tombe aux mains des troupes de Georan. Un général de Georan, Gunhwapyeong, poursuit tous les héritiers au trône de Balhaeet les tue. Seul reste Jeonghyon, un prince jadis exilé, vivant sous une fausse identité, de trafic en tout genre dans une petite ville. Mettant en lui tous leurs espoirs les chefs de la résistance de Balhae envoie une guerrière le chercher. Mais la guerrière aura une tâche difficile à accomplir car Jeonghyon n'est pas prêt à accepter la couronne de Balhae et les troupes de Georam, dirigées par le terrible Gunhwapyeong sont déjà sur ses traces …












23 Septembre




La légende du scorpion noir





Résumé : Chine, 10e siècle, Li vient de monter sur le trône après avoir assassiné son frère l’Empereur. L’Impératrice obligé de l’épouser cherche à se venger avec la complicité du prince Wu Luan et du Premier Ministre. Alors que la division s’empare des conspirateurs, l’Empereur organise un grand banquet au cours duquel chacun cherche à tuer son rival. Ce soir personne n’échappera à son destin…

















24 Septembre

Bloody Tie





Résumé
: Fin des années 90 en Corée du Sud. Le pays est touché par une grave crise financière. Dans cette atmosphère de chaos, les dealers de drogues règnent en maîtres. Un flic aux méthodes violentes va tout faire pour infiltrer les réseaux et assainir la ville.

Repost 0
3 septembre 2008 3 03 /09 /septembre /2008 14:58



Film philippin de Connie Macatuno (2006)
Genre : romance, drame
Avec : Mylene Dizon (Rome), Andrea Del Rosario (Juliet), Rafael Rosell (Marc)
Durée : 2h15



L'histoire : Juliet et Marc filent le parfait amour. Juliet n'hésite  donc pas une seconde quand ce dernier la demande en mariage. Elle fait alors appel à Rome pour s'occuper des compositions florales de l'évènement à venir.  Il ne faut pas longtemps avant que les deux jeunes femmes deviennent vite complices. Mais cette amitié ne sera pas au goût de Marc qui sent sa bien-aimée s'éloigner progressivement de lui...  


Critique : Non, il ne s'agit pas d'une faute de frappe. Ici les deux personnages principaux s'appellent bien Rome et Juliet, et on a compris, le parallèle est voulu avec l'histoire d'amour des deux amoureux transis de Vérone. Les ressemblances ne s'arrêtent pas au nom du film, mais elles sont au fond plutôt minces. Ce film est une romance lorgnant sur le dramatique à plusieurs reprises, mais ne virant jamais au tragique. Ouf. S'il y a par contre une ressemblance notoire avec un autre film c'est avec la comédie romantique britannique Imagine me and You, dont certains passages du film sont un quasi copie/coller. Pour mon premier film philippin, je dois dire que j'étais agréablement surprise. L'image est belle, la musique bien choisie et les acteurs vraiment très bons. Le duo d'actrices est superbe et l'alchimie évidente. La réalisation est par contre un peu  spéciale, et certains choix scénaristiques contestables.

Tout d'abord, les deux jeunes femmes nouent très vite une forte amitié, mais on n'en voit pas vraiment les étapes. En quelques minutes à peine on nous les présente comme les meilleures amies du monde, et ce manque de développement surprend. Ça va vite. Très vite. Ce qui est un paradoxe avec le début du film qui a par contre du mal à décoller pendant les 30 premières minutes. N'aurait-il pas été mieux de réduire le temps imparti à la présentation des personnages ?

Ensuite, certaines décisions de Juliet vers la fin du film étonnent. La pression sociale est forte,  et elle est prête à faire des choix pour apparaître le plus rangé possible aux yeux de la société. Cependant, en même temps, elle ne renie pas ses sentiments. Drôle de paradoxe, qui aura de quoi faire sourciller. Les dernières minutes du film sont d'un suspens insoutenable, mais finalement la meilleure fin est choisie. Cette dernière est d'ailleurs plutôt ambigüe, si on s'arrête avant le générique. Une erreur. Une petite scène essentielle se cache dans les crédits.

Au final Rome and Juliet est un bon film, qui ne manque pas de qualités pour nous faire passer une très agréable soirée. Certes il copie sans vergogne certains passages de la comédie romantique britannique Imagine me and you, mais rien qui ne choque le spectateur. Ce n'est pas un remake, et il sait très bien s'en démarquer. C'est drôle, triste, émouvant et surtout, interprété par un duo d'actrices impeccable. A voir.


Note : 15/20 
Repost 0
Published by sophcaro - dans romance
commenter cet article