Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 11:27
resize.php.jpg
                                                                                        Film japonais de Fukasaku Kenta (2003)
                                                                                        Genre : action, drame
                                                                                        Durée :  2h10
                                                                                        Avec : Tatsuya Fujiwara, Aki Maeda

Résumé : Trois ans après leur victoire dans le programme Battle Royale, Nanahara Shuya et Nakagawa Noriko réapparaissent à la tête d’un collectif appelé le Wild Seven. Suivi par une armée d’autres adolescents, ils se lèvent contre les institutions de leur pays et déclarent la guerre aux adultes du monde entier. Suite à plusieurs actes terroristes perpétrés par le groupe des deux survivants, le gouvernement prend la décision d’envoyer une nouvelle classe sur une île pour en déloger les terroristes. Car cette fois-ci, les règles ont changé…


09.jpgCritique : Battle Royale 2 commence exactement de la même manière que le 1er opus : un groupe de jeunes est choisi pour aller sur l'île... L'introduction peut paraître un peu longue, surtout pour celui qui a déjà vu le 1er, mais permet par contre à quiconque n'a pas vu le 1 de voir le 2 sans soucis de compréhension. Au contraire du 1 qui misait plus sur la stratégie, chaque groupe ayant sa propre technique pour survivre, Battle Royale 2 est plus un film de guerre (voir le débarquement sur la plage), bien bourrin. Pas mal d'action, peu de temps mort pour un film beaucoup décrié, mais au final pas si mauvais. Battle Royale 2 n'est donc pas un copie coller du 1er, de par son côté plus film de guerre et aussi quelques changements scénaristiques (certaines règles de survies qui changent). Un message sur la jeunesse sacrifiée plus présent et mis en avant, alors qu'il était beaucoup plus subtil (ou quasi-inexistant?) dans le 1er.
Au final je dirai que le fils a assez bien su maîtriser le film commencé par son père (décédé pendant le tournage), et il ne mérite pas toutes les critiques qu'il a pu subir. Une suite légèrement inférieure, mais pas pour autant mauvaise.

Ma note : 13/20

s _bug_fck
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 11:23
C'est parti pour l'habituel calendrier des sorties DVD du mois : 


6 Septembre

The Host

undefined


Résumé : En Corée du Sud, du fond de la rivière Han surgit une étrange créature. Celle-ci sème la terreur parmi la population locale et emporte avec elle la jeune Hyun-seo. Sa famille se met en tête de la récupérer...


















18 Septembre


Han Dynastie, l'épopée

undefined




Résumé : En Chine, 221.av J.C., le premier empereur Qin réunifie les 6 états en guerre pour en faire le premier empire centralisé. Le travail incessant exigé dans les dernières années du règne de Qin ainsi que les brimades et arrestations arbitraires des intellectuels finirent par déclencher des révoltes...

















26 Septembre

Re-Cycle

undefined





Résumé : Une romancière à succès est prise d’hallucinations alors qu’elle s’attelle à l’écriture de son nouveau livre. D’étranges manifestations qui semblent avoir un lien ténu avec ce que la jeune femme rédige.
























Barking Dogs never bite


undefined







Résumé : Un jeune couple, lui est assistant et veut devenir professeur, elle est enceinte, vit dans un grand duplex. Un jour, Yoon-ju (LEE Sung-jae), est réveillé par les aboiements d'un chien, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. il capture l'animal et l'enferme dans les sous-sols, où il y a un garde-manger car il ne peut pendre le chien, c'est trop dur. il rencontre par accident Hyun-nam (Bae Doo-na), qui rêve de faire un acte héroïque et de passer à la télévision. Elle travaille dans l'agence "Lost Dog". Une étrange amitié va naître.

















Sema the warrior


undefined




Résumé : Après que le jeune forgeron Sema ait humilié le soldat Moo Khan lors d'un duel au sabre, ravi le poste de commandant des troupes terrestres et piqué sa fiancée, il soit tout à fait normal qu'il s'expose au courroux de son désormais ennemi juré. Voilà que l'impétueux héros voit sa soeur enlevée et lui-même chassé dans les bois en compagnie de deux fidèles amis. Il connaîtra pourtant son heure de gloire, en organisant la lutte contre l'envahisseur birman en secourant le roi Naresuan.






















Juliet in Love

undefined






Résumé : Après une ablation du sein, Judy est abandonnée par son mari. Elle vit avec son grand-père et travaille comme hôtesse dans un restaurant. Un jour, son grand-père est blessé dans un accident. Suite à une série de quiproquos, elle rencontre Jordan, qui est membre d'une triade de Kowloon. Tous deux se retrouvent chargés de s'occuper du bébé d'un chef de gang pendant que celui-ci est hospitalisé.
Repost 0
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 22:34

51YE95WZ2XL.-SS500-.jpg

                                                                                        Film HK de Tsui Hark (1995)
                                                                                        Genre : wu xia pian
                                                                                        Durée : 1h45
                                                                                        Avec: Chiu Man Cheuk


L'histoire : Travaillant chez un forgeron, un jeune orphelin décide de retrouver l'assassin de son père. Ayant perdu un bras lors d'un combat, il met au point une nouvelle technique de combat utilisant le sabre cassé de son père.  

Critique : Ayant depuis longtemps entendu parler de ce film, appelé un véritable chef d'oeuvre sur presque tous les sites où j'ai pu surfer, c'est avec une certaine impatience que je me le suis visionné. Autant dire que ça commençait mal . La voix off de la jeune fille, le ton , et le sujet qu'elle abordait me fit pendant plusieurs minutes penser que je m'étais trompée de film. Je pensais voir un film avec un minimum d'action, et la narration commençait de façon gentillette et de la voix naïve et horripilhante d'une jeune femme. C'était à n'y rien comprendre. S'en suit ensuite pendant une bonne quinzaine de minutes une histoire de triangle amoureux, avouons-le tout de suite, plus barbante qu'intéressante, surtout du au fait que le personnage féminin est très agaçant . La partie du film la plus intéressante est celle justement où on suit le parcours du jeune orphelin. Le film suit plusieurs parcours à la fois, celui de l'orphelin, et celui de l'autre jeune homme, dont est amoureuse la narratrice. J'ai trouvé très décevant que la narration soit faite de son point du vue, et je n'ai pas vraiment vu son intérêt.  Hormis cela, The Blade est un film bien réalisé, avec de bonnes scènes d'action (mention spéciale pour la scène finale). Cependant je regrette certains plans trop serrés qui empêchaient parfois de bien suivre les mouvements. 

The Blade est un bon wu xia pian, qui aurait tendance à faire un peu vieillot aujourd'hui face aux nouvelles productions (et pourtant il n'est pas si vieux que cela !), un film affaibli par la narration inutile de la jeune femme, mais qui en dehors de ça fait passer un très bon moment. 

Ma note : 15/20 
Repost 0
Published by sophcaro - dans Films de sabre
commenter cet article
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 11:09
intimates-copie-1.JPG
                                                                Film HK de Jacob Cheung (1997)
                                                           
                         Genre : drame, romance
                                                                                    Durée : 1h50
                                                                                   Avec :
Carina Lau (Yu Wan), Charlie Yeung (Foon)

Résumé : Theresa Lee, une jeune hong kongaise qui rencontre des problèmes de couple avec son petit-ami, accepte d'accompagner le temps d'un court voyage, une vieille femme qui s'occupait de son père maintenant défunt. Sur les traces de son passé, la vieille femme se rappelle les années 40, ainsi que sa rencontre avec Foon, une jeune femme qu'elle aura prise sous son aile.

undefinedCritique : Intimates est un de ces petits films passés presque inaperçus, et dont personne n'a jamais vraiment entendu parler. Pourtant, Intimates vaut le détour et sait intéresser. Comme le résumé le laisse comprendre, on a droit à beaucoup de flashbacks, mais la majeure partie du film reste ancrée dans les années 40. Ce retour en arrière dans le temps nous donne l'occasion de redécouvrir l'Histoire et les moeurs de l'époque de ce pays, et la situation de la femme en Chine à cette époque : mariage arrangé, concubinage... puis vers la fin évocation de la 2ème guerre mondiale et de l'invasion japonaise. Le film n'est donc pas qu'une fiction, il a une certaine portée historique. Le film est principalement un drame, narrant la vie pas très heureuse et riche en rebondissement de Foon et YU Wan. La partie romance du film est plus implicite au début, puis se résume par la suite à quelques rapides scènes. Ne pas s'attendre à de grandes effusions, après tout c'est un film chinois, donc ça reste très prude (et encore c'est plutôt courageux pour un film de cette époque). Le film est réaliste et les situations vraisemblables. Seule la fin peut surprendre, mais n'est pas désagréable à voir ;-). Le film souffre parfois de quelques lenteurs, mais globalement on ne s'ennuie pas tout le long des presque 2 heures. Personnellement j'ai été happée par l'histoire et ne me suis presque pas ennuyée (sauf pour les passages contemporains, avec les scènes entre la jeune hongkongaise et son petit ami). On notera enfin les bonnes interprétations des deux actrices, Carina Lau en tête, d'un charisme inégalable.
Pour finir, je ne pourrai que recommander ce film, touchant, intéressant, bien interprété. Le seul point négatif qu'on pourrait lui trouver est qu'il reste trop prude quant à la romance.

Ma note : 14/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
26 août 2007 7 26 /08 /août /2007 12:00
RunningOnKarmaG.jpg


                                                                                    Film HK de Johnnie To (2003)
                                                                                    Genre : comédie, action, drame
                                                                                    Avec : Andy Lau (Big), Cecilia Cheung (Yee)
                                                                                    Durée : 1h40


Résumé : Big, un homme insouciant au physique de culturiste, a des visions du passé qui lui permettent de connaître l’avenir de certaines personnes. Il se sert de ce don si particulier pour aider Yee, une jeune policière novice, à mettre la main sur un dangereux criminel. L’enquête va les mener aux confins de leur origine.


undefinedCritique : Voilà encore un film que j'aurai regardé pour 2 seules raisons : Johnnie To aux commandes,  et Andy Lau devant la caméra. Oui je sais il m'en faut peu pour me donner envie de voir un film, enfin c'est surtout que quand on a un réalisateur et acteur fétiche, c'est dur de passer à côté de leur filmographie.  Seulement on ne peut pas toujours tomber sur un bon film, la preuve, celui-ci.  Le film commence pourtant très fort : Andy Lau nous fait un stripe tease, et enlève tout ! lol Une fois qu'on a vu ça, (enfin vu sans avoir tout vu vous m'avez comprise ;-)), on s'attend à tout, et on a surtout compris qu'on a affaire à une comédie. Mélange d'action et de comédie dans la première moitié du film, ajouté à un duo (Cécilia Cheung/ Andy Lau) qui fonctionne plutôt bien, on s'ennuie pas, même si le film ne sort pas vraiment de l'ordinaire. Puis le film prend soudainement une tournure plus dramatique, et c'est si soudain qu'on se demande si ce n'est pas un gag (je peux pas dire de quoi il s'agit pour ne pas spoiler, mais le retournement de situation est si soudain que quiconque aura vu le film sait de quoi je parle). Je dirai en gros qu'il arrive quelque chose à la policière, puis le film s'enfonce dans le drame, jusqu'à la toute fin. La fin en elle-même est quasi incompréhensible, l'incursion du fantastique n'aidant pas à la bonne compréhension.
Andy Lau était plutôt bon dans ce film, et son rôle de de culturiste crédible. Rien à dire non plus au niveau de la réalisation. Tout le problème réside au niveau du mélange des genres, absolument raté ici, sans parler de la fin tirée par les cheveux. Un film qui n'a pas réussi à vraiment se situer, et trop brouillon pour accrocher.   

Ma note : 12/20    
vant_bug_fck
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 12:32

18 Juillet


Dragon Tiger Gate


DRAGON-TIGER-GATE.jpg
Résumé
: Depuis sa création, le Dragon Tiger Gate s'est imposé comme un symbole de justice, recueillant tous ceux qui le désirent pour les former aux techniques de combat les plus redoutables afin de les aider à lutter contre l'oppression. Fils de Wong Fuhu, l'un des fondateurs de l'école, Dragon disparaît un beau jour, abandonnant son frère Tiger derrière lui alors qu'il n'est encore qu'un enfant. Quelques années plus tard, le téméraire Tiger dérobe par mégarde la Lousha Death Plaque, symbole du gang Lousha que le terrible Shibumi a confié à son homme de main, le chef de triades Ma Kun. Il est retrouvé dans une auberge par l'un des hommes de ce dernier, qui n'est autre que son grand frère disparu, Dragon...









1er Août

Sky High

undefined
Résumé : Le détective Kanzaki Kohei enquête sur une soudaine vague de meurtres épouvantables, toutes les victimes sont des jeunes femmes au coeur arraché. Cette enquête devient personnelle pour Kohei lorsque le jour de son mariage, sa femme Mina est victime à son tour. Maintenant obsédé par la mort de Mina, Kohei découvre un plan diabolique derrière ces meurtres. Kudo, aidé de son assistante Rei, tue des jeunes femmes pour récupérer leur coeur dans le but de réveiller sa femme Eri d'un coma. Pendant ce temps, Mina se retrouve devant une porte, "The Gate of Rage", où Izuko la gardienne de cette porte lui explique qu'elle est ici car c'est une âme assassinée et lui explique qu'elle a trois choix possibles :

- le paradis puis la renaissance.
- retourner dans le monde réel sous la forme d'un fantôme.
- maudire une personne vivante pour l'amener à mourir.
Elle a 12 jours pour faire son choix.







8 Août

Spirits

undefined

Résumé : Perdu dans une région isolée du Vietnam, Loc trouve refuge dans une maison qu'il pense abandonnée. En réalité, elle est habitée par Hoa, une jeune femme timide et mystérieuse. Au cours d'une nuit de cauchemar, Loc est témoin de divers phénomènes paranormaux. Est-ce Hoa, qui a un secret, ou la maison qui abrite des fantômes ?...












9 Août

Dragon Squad

undefined

Résumé : Une équipe de jeunes flics d'élite venus de différents horizons, arrive à Hong Kong pour s'assurer de la mise hors état de nuire des frères Duen, criminels et malfrats notoires ; c'est la Dragon Squad. Mais l’un des deux frères est enlevé lors de son transfert au tribunal, par un groupe de mercenaires. Une lutte s’engage alors entre les mercenaires et la Dragon Squad aidée par un flic ayant un compte personnel à régler avec le chef des mercenaires.












22 Août

Réunion Sanglante

undefined

Résumé : Après 16 ans, Miss Park une institutrice qui est dans un fauteuil roulant, organise une réunion d'anciens élèves. Mais après quelques verres, quelques souvenirs remémorés, ces retrouvailles vont vite tourner au cauchemar...
Repost 0
22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 10:25

Poster-1.jpg

 

 

                                                                                            Film taiwanais de Zero Chou (2007)
                                                                                            Genre : drame, romance
                                                                                            Avec : Rainie Yang (Jade) , Isabella Leong (Takeko)
                                                                                            Durée : 1h35

 

 

 

 

L'histoire : Jade est une fille qui a tout perdu en 1999 lors du grand tremblement de terre : sa mère qui est partie à Taipei avec son frère, sa voisine qu'elle aimait tant qui portait un tatouage étrange sur le bras. Rongée par la solitude, elle se créé un monde d'innocence et d'amour virtuel, et une fois majeure, va à Taipei. Là, elle utilise sa webcam en proposant des services érotiques payant sur internet et, un jour, en entrant dans une boutique de tatouage, elle voit affiché au mur un modèle de tatouage, le même que celui que portait sa voisine ; harcelant la Takeko, la responsable de la boutique, elles finissent par tisser des liens particuliers...

 

 

 

 

o1328610813.jpgSpider Lilies : voilà un nom de film bien curieux; et qui a de quoi intriguer. Bien sûr ce n'est pas son nom qui m'a attiré, mais plutôt son casting, bien alléchant. Au casting en effet on peut noter la belle actrice hongkongaise Isabella Leong, qui à elle seule captive les yeux lors du visionnage du trailer. Bien sûr on pourra noter la présence de la chanteuse pop Rainie Yang, dont la carrière semblait visiblement en jeu en tournant ce film plutôt controversé.


Comprenant à peine de quoi le film allait parler, faute de sous titres dans la BA, j'ai seulement compris qu'il allait tourner autour des tatouages. Spider Lilies se concentre en effet sur les tatouages, mais non pas sur leur aspect esthétique mais sur leur symbolique. Que représentent-ils pour celui qui le porte, que leur apporte t-il ? Bien sûr pour connaître l"histoire de ces dessins tatoués sur le corps, le passé de la personne a une importance cruciale, principalement pour Takeko, ici l'héroïne du film.

Le film développe en parallèle les histoires des deux personnages principaux, bien qu'il mette tout de même davantage en avant Takeko que Jade, ce qui était loin d'être un mauvais choix. Au niveau de l'interprétation, j'ai été un peu déçue par celle de l'actrice Isabella Leong, au contraire de ce qu'on pourrait penser. En effet, elle a un visage quasi monoexpressif tout le long du film, quelles que soient les émotions ressenties.

Au contraire, la chanteuse Rainie Yang a un jeu d'acteur plus varié, passant de la petite fille naïve qu'elle arbore lors de ses séances de webcam, à celle qui pousse un bon coup de gueule à Takeko, histoire qu'elle se réveille un peu et admette ses sentiments envers elle. Autant dire que c'est pas chose facile, et je ne dévoilerai pas la fin pour ceux qui n'ont pas vu le film. Bien que Rainie Yang soit plus marquante dans ce film, Isabella Leong s'impose à sa manière, comme une beauté glaciale, ce qui ne peut pas nous laisser indifférent.

Le film est d'un premier abord d'un rythme assez lent, mais ce n'est pas vraiment un défaut, permettant au contraire de bien développer l'histoire et les personnages. L'histoire en elle-même n'a rien de transcendante, mais sa narration presque parfaite fait qu'on ne décroche pas une seconde et qu'on est impatient de connaître le mot de la fin. 

Je dirai aussi qu'il ne faut pas se fier à la bande annonce, plus racolleuse qu'autre chose, d'autant plus qu'une scène de la BA a été censurée dans le film et celui-ci se révélant au final tout de même assez prude (comparé à ce qu'on pouvait s'attendre en voyant la  BA).


Spider Lilies est un sympathique film taiwanais, partant d'une idée de départ pas particulièrement alléchante, mais dont la réalisation quasi impeccable permet de marquer le spectateur, avec en plus deux actrices loin d'être déplaisantes à regarder et dont le jeu d'acteur n'est pas à remettre en cause. Alors pourquoi se priver ?   

 

Ma note : 14/20

rucifck

 

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
27 juin 2007 3 27 /06 /juin /2007 22:13

undefined

 

                                                                        Film taiwanais de Leon Dai Lap Yan  (2002)
                                                                        Genre : romance, drame,érotique
                                                                        Durée : 1h30



RésuméTwenty Something Tapei raconte l'histoire d'un groupe d'amis clubbers. Une tranche de vie fraîche dans un Taipei moderne ....

Avant de commencer la critique de ce film vu il y a un petit moment déjà, je tiens à préciser que j'ignorai complètement qu'il s'agissait d'un film de catégorie III (histoire qu'on ne me dise pas : tiens, tu fais dans les catégories III maintenant?). En effet, le site sur lequel j'avais lu la critique du film, ne le mentionnait absolument pas, sinon je ne l'aurai même pas regardé.
 
Très rapidement j'ai compris à quel genre de film j'avais affaire, et une fois terminé, je me suis demandé si ça valait vraiment le coup que j'en fasse la critique. Twenty Something Tapei est donc un film érotique, pour ceux qui ne l'auraient toujours pas compris lol , compter une scène de sexe tous les quart d'heure environ, et toutes plus crues les unes que les autres. On nous dépeint la vie d'une bande de jeunes débauchés, dont les seules activités semblent être de sortir le soir en boite de nuit, se droguer et se saouler un peu, et coucher avec la première fille qui passe. Autant dire que le film est très passionnant. Pendant longtemps je me suis demandée si le film évoluerait un minimum, ou si c'était ainsi tout le long. C'est comme ça pendant  80 % du film, les 20 derniers % laissant place à (quand même) un peu de réflexion. Ne trouvant pas d'intérêt dans les premiers 3/4 du film, j'ai trouvé le dernier quart nettement plus intéressant, mais arrivant clairement trop tard (en gros on s'est ennuyé pendant les 3/4 du film). J'aurai préféré que cette réflexion sur la vie de ces jeunes intervienne un peu plus tôt, histoire d'apporter un peu d'intérêt au film. Points positifs du film: les filles sont toutes très jolies , donc les messieurs devraient y trouver leur compte; et il y a une once de scénario (et un bon dernier quart d'heure ) ne faisant pas passer le film pour un vulgaire film érotique.     



                                                                               Ma note : 7/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 13:38
undefined
                                                                                                    Film coréen de Kim Jee-Won (2005)
                                                                                                    Genre : action , drame
                                                                                                    Durée : 2h00
                                                                                                    Avec : Lee Byung-Hun

L'histoire : Un chef de gang suspecte sa petite amie Hee Su d'avoir une liaison avec un autre homme. Il demande à son bras droit, Sun Woo, de suivre Hee Su et de l'éliminer s'il la surprend en galante compagnie.

undefinedMe voici de retour avec une petite critique d'un film asiatique , cela faisait bien longtemps que je n'en avais pas vu , et pour cause je commence à en avoir un peu marre de toujours savoir avant même que le film commence comment il va se terminer ( oui je pousse un coup de gueule !) . Il faudrait vraiment que les réalisateurs varient un peu leurs fins de film , là ça devient usant . Bref revenons à notre cher polar coréen , dont je dirai principalement que du bien , je ne parlerai pas de la fin , on sait d'avance ce que j'en ai pensé .
J'ai tout d'abord été agréablement surprise du dynamisme du film , certaines critiques mentionnant  quelques lenteurs , moi je n'en ai pas trouvé. A Bittersweet life est un polar bien noir, dur et violent . Dans la première moitié du film, on a droit à quelques violentes scènes qui nous font sursauter car on ne s'y attend pas du tout . Ce gars-là , c'est un faux calme , et quand il s'énerve , il fait pas dans la dentelle. Le scénario est bien écrit , ils n'ont pas trop développé la romance (même pas du tout) ce que j'ai apprécié (je n'aime pas trop le mélanges des genres dans ce style de film) , les dialogues sont très corrects , et c'est bien joué. Dans la violence , ça ne fait pas dans la demi-mesure , alors âmes sensibles s'abstenir (*début spoiler*une scène d'enterrement vivant par exemple , mais ce n'est rien comparé à celle dans le film Kill Bill 2*fin spoiler*). 
Le film se laisse agréablement suivre , même si on ne se prend pas vraiment d'affection pour le personnage principal , d'une telle froideur que tout ce qui lui arrive nous émeut très peu. Seule la fin, où il se montre un peu plus humain, pourrait à la limite nous arracher une petite larme (et encore , pas pour moi). Quelques scènes un peu surprenantes parsèment le film , de par leur registre qui ne sied pas trop au film , comme l'engueulade entre les 2 russes dans la voiture , l'incursion comique est un peu surprenante dans ce polar si noir , mais pas déplaisante ; ou alors la scène décevante sur la patinoire , où *début spoiler* le héros se fait si facilement poignarder (comme si l'autre allait accepter de tranquillement discuter avec lui)*fin spoiler* .
Au final , ce film s'avère un bon polar , on ne s'ennuie pas , c'est bien filmé , même si le réalisateur semble ignorer ce qu'est un travelling .

Ma note : 15/20
ms ti_bug_fck
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 11:59
Cet été , pas grand chose à se mettre  sous la dent en matière de cinéma asiatique , si ce n'est le très prometteur Exilé, et le guignolesque , mais peut être divertissant , Dead or Alive.


undefined

   


Résumé
:  Macau, 1998. Trois tueurs à gage venus de Hong Kong débarquent pour liquider un des leurs, qui a trahi le milieu afin de changer de vie...



Bande annonce


Ma critique

Sortie le 18 Juillet







undefined




Résumé
: L'adaptation cinématographique du célèbre jeu vidéo de combat. Haute maîtrise des arts martiaux et lutteuses sexy sont au programme !




Sortie le 18 Juillet


 
Repost 0