Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:59



Film HK de Johnnie To (2009)
Genre : action, thriller
Avec : Johnny Hallyday, Simon Yam, Anthony Wong
Durée : 1h50

L'histoire : Un père vient à Hong Kong pour venger sa fille, victime de tueurs à gages. Sur son passeport est marqué "cuisinier". 20 ans plus tôt, il était un tueur professionnel.

Critique : Le moins que l'on puisse dire c'est que pour une fois, un film de Johnnie To aura été bien médiatisé en France. Grâce au festival de Cannes, et à la présence de notre Johnny national (Hallyday cette fois), le cinéma asiatique aura, le temps de quelques jours, été un peu plus connu du public français. France 2 a même diffusé la bande annonce lors de son JT du soir. C'est dire.

Grande fan du cinéma de Johnnie To, je ne pouvais pas rater ce nouveau film. Et je n'ai pas été déçue. Pas une seconde. Pendant 1h50 qu'on ne voit pas passer, Johnnie To nous sert un film d'action énergique, très peu enclin au bavardage, faisant davantage place à la violence sans concession, comme lors de la scène ouverture, magistrale. C'est direct, explosif, froid. On en reste scotché sur son siège.

Johnny Hallyday parle peu. Il faut dire aussi qu'il est motivé par une sombre vengeance. Quand il s'en souvient. L'astuce de l'amnésie était bien trouvée. Heureusement que ses comparses, acteurs fétiches du réalisateur (Simon Yam, Anthony Wong, Suet Lam) sont là pour la lui rappeler.

Film à la fois différent de ses précédents mais aussi identique (on retrouve le style particulier du réalisateur, ou l'idée à laquelle personne n'aura pensé : voir la scène de fusillade entre les 3 comparses et les hommes de main de Fung), voilà un film que j'aurai beaucoup apprécié. A voir et à revoir.



Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 12:34


Film HK de Wilson Yip (2006)
Genre : action, kung fu
Durée : 1h35
Avec : Donnie Yen, Nicholas Tse, Shawn Yu, Charlene Choi, Daniel Wu

L'histoire : Dragon Tiger Gate narre l’itinéraire de deux frères (Donnie Yen et Nicholas Tse) qui se réunissent pour combattre un ennemi maléfique après avoir été séparés pendant de nombreuses années.

 

Critique : J'avais lu autant de critiques positives que négatives sur ce film. Du coup il m'a fallu un certain temps avant de me décider à le regarder. Et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée un instant durant les 1 h 30 du film. Dragon Tiger Gate est un bon divertissement. Et n'a pas la prétention d'être autre chose.

C'est un blockbuster fait pour nous en mettre plein la vue, et qui plus est, servi par des acteurs de renommée. Certes l'histoire n'est pas réellement passionnante, mais regarde-t-on le film pour ça ? Soyons honnêtes, on est plus attirés par ses scènes d'action, et on n'est pas déçus du voyage. Donnie Yen et Nicholas Tse délivrent des performances tout à fait correctes, alors que Shaw Yu est un peu en retrait. Pour les points négatifs, on pourra regretter les effets spéciaux pas toujours réussis, surtout pour la séquence finale. Je ne parle pas des coupes de cheveux des héros ridicules qui m'auront bien fait rire (ils arrivent à voir avec une telle frange ??).

Dragon Tiger Gate intéressera les amateurs de kung fu et de film d'action pur et dur. Ne cherchez pas un scénario fouillé, n'attendez pas un chef d'oeuvre, et vous passerez une agréable soirée.

 

Note : 15/20 
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 11:50

 

 


Film japonais de Kenta Fukasaku (2005)
Genre : action
Durée : 1h35
Avec : Aya Matsuura


L'histoire : Recrutée par une agence policière secrète et clandestine, "K" a pour première mission de s'infiltrer au sein d'un groupe d'élèves venant d'une des écoles les plus prestigieuses du pays, ceux-ci étant en fait des terroristes anarchistes voulant plonger le Japon dans le chaos. Equipée de son yo-yo d'attaque en métal, elle s'installe alors dans l'université...


Critique : J'avoue avoir regardé ce film plus pour la présence intriguante de la chanteuse japonaise Aya Matsuura au casting que pour autre chose. J'aime beaucoup cette chanteuse, mais je doutais un peu de ses talents de comédienne. Mal m'en a pris. Qu'elle ne fut pas ma surprise de constater qu'elle est au contraire le meilleur atout du film. Et je dois avouer que j'ai tenu jusqu'au bout du film surtout grâce à sa présence.

En effet, le scénario ne parvient à aucun moment à réellement passionner. La thématique abordée du suicide est assez casse-gueule, et le mélange des tons, la mauvaise performance de certains acteurs, et certains dialogues médiocres n'aident pas du tout. Honnêtement, j'attendais mieux du réalisateur de Battle Royale 2. Je sais que ce dernier a été décrié, mais j'avais passé un meilleur moment lors de son visionnage que devant Tokyo Girl Cop.

Quant aux scènes d'action, à la mise en scène, et aux effets spéciaux, je les ai trouvés plus que corrects. Je craignais un peu l'utilisation du fameux yo-yo dans les scènes de combat (je me disais que ça allait être complètement ridicule), mais au final, ça passe. Il faut dire aussi qu'elle ne l'utilise pas tant que ça.

Que retenir donc de ce Tokyo Girl Cop ? Qu'Aya Matsuura se débrouille très bien, et révèle ici d'étonnants talents de comédienne. Pour le reste, rien de transcendant malheureusement. Le film n'est pas mauvais, mais n'est pas vraiment non plus une réussite.

 

 

 


Note : 12/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 06:00


 


Film vietnamien de Truc 'Charlie' Nguyen (2007)
Genre : action, aventure
Durée : 1h45
Avec : Johnny Nguyen, Thanh Van Ngo, Dustin Nguyen

 

L'histoire : En 1922, le Vietnam est sous tutelle française, et la France n’est pas très aimée parmi les habitants. Partout, des milices locales se forment, et la rébellion gronde. Pour riposter le gouvernement colonial déploie des unités d’agents secrets vietnamiens. Leur mandat ? Remonter des filières révolutionnaires, et exterminer ces rebelles. L’un des meilleurs agents au service du gouvernement, remet en question sa loyauté. Lee Van Cuong n’arrive plus à oublier le sang de ses compatriotes, versé par sa faute… Il a beau boire, sa conscience le torture sans relâche. Puis, un jour, l’ignoble Sy, un ambitieux cruel depuis longtemps vendu aux Français, met la main sur la fille du commandant rebelle. Pour Cuong, il s’agit de la goutte qui fait déborder le vase… Il fera donc évader Vo Tanh Thuy cette combattante révolutionnaire, et s’enfuira avec elle.

 

Critique : The Rebel a tout pour plaire : de l'action, de l'aventure, et de beaux paysages. Malheureusement, il lui manque ce petit quelque chose pour devenir un film incontournable et mémorable.

Tout d'abord, pour aborder les points positifs du film, il est indispensable de parler de ses scènes d'actions. C'est un film bardé de scènes du genre, toutes bien chorégraphies et sympas. Sans être non plus d'une grande originalité, elles sont efficaces et de bonne facture. Les acteurs sont tout à fait crédibles dedans, que ce soit le héros ou sa jolie acolyte.

Par contre, au lieu de développer en profondeur la trame historique, on appuie sur quelques points seulement de l'Histoire, ce qui devient redondant et lassant à force.

Le principal problème du film, c'est son scénario. Pas un instant cette histoire ne m'aura vraiment passionnée, ce qui est dommage, vu les nombreuses qualités dont est pourvu le film. Certains acteurs sont d'ailleurs un peu juste, dont l'ennemi de nos deux fuyards, pas vraiment crédible. Le héros lui-même est plutôt effacé par la prestance et le jeu de la fille du commandant rebelle. Il faut bien avouer qu'il n'a que deux véritables atouts : son physique, et sa très grande maîtrise dans les scènes d'action (malgré sa musculature à l'opposée de celle de Schwarzie).

The Rebel n'est donc pas le grand film historique qu'on pouvait espérer. Au lieu de ça c'est un film réussi, qu'on regarde sans une pointe d'ennui, mais dont on attendait plus.
 
Note : 15/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 14:42


Film japonais de Yôhei Fukuda (2008)
Genre : action, horreur
Durée : 1h25
Avec : Eri Otoguro


L'histoire : Il suffit d’un scientifique, avec un penchant pour les expériences sur la résurrection, pour vous foutre en l’air un pays. La preuve : le docteur Sugita est responsable de l’invasion de zombies qui a réduit le Japon – et peut-être même le monde – à néant ou presque, et plongé les survivants dans le chaos. Parmi ces victimes potentielles des non-morts, condamnés à se nourrir de leurs proches et amis un jour ou l’autre, une lueur d’espoir : la silhouette d’Aya, vêtue d’un bikini de cuir et d’un boa blanc, son sérieux impassible et la lame de son épée... Flanquée d’un sidekick inutile et bavard, Katsuji, elle détruit tous les zombies sur son chemin, avec pour seul objectif de retrouver sa sœur Saki, responsable de la mort de son père et traitre à la cause des humains. Katsuji lui, a perdu sa frangine aux assauts des non-morts, et la belle Reiko, motarde et fine gâchette qui ne tarde pas à rejoindre leur combat...

Critique : Lourde tache que celle d'adapter un jeu vidéo. Je mentirai en disant que je n'ai pas eu quelques apréhensions concernant la qualité de ce film. Je dois dire que j'ai été plutôt agréablement surprise. Tout d'abord, l'actrice principale qui interprète le rôle d'Aya, est très convaincante dans le rôle. Elle est quasi inexpressive et ne parle pratiquement jamais durant le film. Elle ne fait pas un instant potiche malgré son (très !) joli minois, et est très crédible dans le rôle. Concernant la tenue légère qu'elle porte dans le jeu vidéo (et qu'on voit sur l'affiche), j'ai été surprise de constater qu'on la voyait finalement pas tant que cela. En effet, elle porte pendant les 3/4 du film un pancho par dessus, qu'elle retire seulement à quelques reprises histoire de prendre un peu l'air. C'était une assez bonne idée scénaristique.

Elle est accompagnée durant son voyage par Reiko, belle motarde qui dézingue tout sur son passage et Katsuji, le type inutile, bavard, et facilement effrayé, qui ne sert qu'à apporter une petite touche comique au film. 
Le film est assez violent, et gore, à l'image du jeu vidéo. Le sang gicle de partout (jusque sur l'écran !), les têtes volent, et les zombies sont bien joués et maquillés. Mais malgré cela, il faut bien avouer que le film ne fait pas vraiment frissonner. Cela est surtout dû à une réalisation très low budget, avec des effets spéciaux qui laissent vraiment à désirer. Tout le combat final d'ailleurs s'avère assez passable. Il est clair que le réalisateur a cherché à coller au maximum à l'esprit du jeu, mais ses moyens financiers l'empêchaient de produire quelque chose de vraiment intéressant visuellement. C'est un peu dommage, car en dehors de ça les chorégraphies sont bien réalisées, et les actrices assurent vraiment et ne se cantonnent pas au strict minimum.

Hormis cela le scénario est plutôt mince, ce qui ne signifie pas qu'il est pour autant inintéressant. Plusieurs flashbacks parsèment le film pour nous permettre de comprendre qui est cette héroïne froide, et quel est son passé. C'était plutôt bien trouvé, afin que le film ne tombe pas complètement dans le film d'action pur et dur. Il ne faut cependant pas se voiler la face, il l'est à 90%, ce qui n'est pas vraiment un défaut. Et puis après tout, c'est l'adaptation du jeu vidéo.

Au final, on passe un agréable moment et on n'a pas le temps de s'ennuyer. Des moyens financiers supplémentaires et cela aurait pu donner un excellent film d'horreur/action.


Note : 14,5/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
16 octobre 2008 4 16 /10 /octobre /2008 12:48



Film japonais de Yoshinori Kobayashi (2007)
Genre : action, policier
Durée : 1h50
Avec : Ryoko Shinohara, Yosuke Eguchi


L'histoire : La flic dur-à-cuire Natsumi Yukihira a des résultats d'exception mais son dévouement et son tempérament ingérable lui ont coûté son mariage, la perte de la garde de sa fille et la méfiance de ses collègues. Elle doit maintenant affronter des terroristes qui ont pris possession de l'hôpital où sa fille est soignée.


Critique : Unfair the movie s'adresse surtout à ceux qui ont vu le drama japonais du même nom (critique ICI sur mon autre blog).

Il reprend déjà la plupart des personnages et acteurs du drama, dont la sublime et charismatique Ryoko Shinohara (qu'on aimerait voir plus souvent à l'écran). Le rythme est scrupuleusement le même que le drama, surtout lent, et avec tout de même de temps en temps un peu d'action. A ce propos, je trouve d'ailleurs que le format passe beaucoup mieux, car en 1h50 on voit beaucoup moins le temps passer par rapport au drama, qui pouvait s'avérer quelques fois un peu soporiphique.

On reprend aussi le système de l'héroïne qui envers et contre tous mène sa petite mission seule (ou presque). Après tout c'est une suite directe au drama, et on sent bien que Natsumi fait toujours aussi peu l'unanimité auprès de ses collègues lol

L'intrigue suit aussi le même cheminement que celle du drama. On s'amuse à nous envoyer continuellement vers de fausses pistes. Ce n'est qu'à la fin qu'on sait qui est le réel coupable. Tout comme le drama, le suspens est maintenu jusqu'au bout.

Au final, je ne me suis pas ennuyée. J'ai aimé le drama, et le film en étant une quasi-copie, c'est presque tout naturellement que j'ai apprécié. Par contre, la question peut se poser pour celui qui n'a jamais vu le drama. Ne risque t-il pas de s'ennuyer à cause de son rythme très particulier ? C'est donc un film que je conseillerai surtout à ceux qui ont vu et aimé le drama. Pour les autres, je ne suis pas sûre que le film vous apporte grand-chose. Si ce n'est pour la sublime Ryoko, bien sûr ;)

Note : 14/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 12:30



Film thaïlandais de Kongkiat Khomsiri (2007)
Genre : action, drame
Durée : 1h55
Avec : Puthichai Amatayakul (Piak), Sonthaya Chtimanee (Sa-maw)



L'histoire : Dans les années 70, trois gamins d'un même village thaïlandais se lient d'amitié en pratiquant un art martial ancestral: le MUAY THAI. Alors qu'ils deviennent des hommes et des boxeurs aguerris, ils se rendent à Bangkok pour réaliser leur rêve: devenir des combattants professionnels...
Pendant que l'un accède aux plus grands rings de la capitale, les autres s'enfoncent dans l'enfer des combats clandestins jusqu'à devenir hommes de main d'un gang mafieux...


Critique : Boxers est un film thailandais assez méconnu, et pourtant pourvu de nombreuses qualités. J'ai déjà presque pas vu passer les deux heures du film. Ensuite, même si la boxe est un sujet important du film, il faut noter qu'il n'y a pas autant de combats de boxe que cela. Ce qui était loin de me déplaire, vu que je ne suis pas spécialement amatrice de ce sport. Evidemment cela risque par contre de contrarier ceux qui regardaient le film justement dans ce but...


Boxers n'est pas exempt de stéréotypes : on a le gentil, le méchant, et le gars un peu idiot. Le méchant (ou en tout cas qui va le devenir) et l'idiot s'associent et tournent mal, alors que le gentil tente désespérement de continuer sur la voie du bien sans se faire influencer par le milieu dans lequel il évolue.
 
La boxe n'est pas l'unique thématique du film. On suit principalement le parcours des deux hommes s'enfonçant dans le milieu mafieux, et le film s'oriente davantage vers le drame humain. Un film plus accès sur la psychologie des personnages, que sur la boxe. Les fans d'arts martiaux risquent de se sentir trahis, les autres apprécieront une histoire certes pas révolutionnaire, mais bien menée pour intéresser.


Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 16:40

 


 

Film thailandais de Pinkaew Prachyaw (2008)
Genre : action
Durée : 1h30
Avec : Nitcharee Wismitanant


L'histoire : Zen, est une petite fille autiste, dont la mère est grandement malade. Pour lui payer ses soins médicaux, elle décide d'aller récupérer l'argent que plusieurs malfrats lui devaient. Mais ceux-ci, n'étant pas décidés à le lui rendre, vont alors en découdre avec la petite, malheureusement pour eux très douée en arts martiaux...

 

 

Critique : Ne pas se fier au premier quart d'heures : Chocolate n'est pas un drame à faire pleurer dans les chaumières, mais bel et bien un film d'art martiaux pur et dur. Il ne faut donc pas se laisser dérouter par le début du film, car une grosse surprise vous attend par la suite !

 

 


Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard, et on a presque envie de zapper certains passages au début. Mais une fois qu'on voit l'engouement de la petite pour les films d'arts martiaux, on se dit qu'on est sur quelque chose de lourd. Et en effet, ça ne fait pas dans la démesure. La suite du film enchaîne les séquences de baston, presque sans temps mort. On aura bien sûr remarqué les références à Tony Jaa, devenu célèbre pour ses prestations dans le film thailandais "Ong Bak" et sa suite "l'honneur du dragon". Nitcharee, l'actrice principale, serait-elle donc le pendant féminin du karatéka Tony Jaa ? Pourquoi pas ! Il est d'autant plus impressionnant de voir qu'elle n'a pas été doublée dans ce film, et que les blessures ont été en conséquence nombreuses, au vu du bout de making of montré à la fin du film...

Chocolate est donc un film à voir pour ceux qui ont apprécié Ong Bak, étant clairement dans la même veine. Un film d'arts martiaux efficace, les chorégraphies étant peut-être globalement moins originales que dans Ong Bak, mais le film recelle tout de même quelques très bonnes séquences, comme le final. 

 
Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 18:53

 

 


Film chinois de Xiaogang Fen (2007)
Genre : guerre, drame
Durée : 2h
Avec : Hanyu Zhang, Yang Tang

 

 

L'histoire : D'après un fait historique, la tragique destinée de 46 soldats appartenant à la 9e compagnie de l'Armée populaire de Libération, menée par son capitaine Gu Zidi et qui furent mobilisés pour aller défendre une mine de charbon. En manque d'hommes et d'équipements, les hommes de Gu Zidi ont reçu l'ordre de ne se retirer qu'au signal de ralliement de leur régiment. Ils doivent alors faire face à une armée nationaliste en supériorité numérique et combattre des tanks avec de simples cocktails molotov...

 

 
Critique : Le moins que l'on puisse dire c'est que ce film sait émouvoir le spectateur. Non dans le mauvais sens du terme,c'est à dire en usant de tous les artifices inimaginables et en faisant des tonnes pour nous faire verser une larme. Non. Il sait émouvoir car il réussit à profondèment toucher le spectateur. Et il m'a bien ému. C'est dire si j'ai aimé.

Jamais je n'avais vu un film de guerre asiatique si humaniste. Difficile en effet de ne pas s'attacher au héros, et de ne pas ressentir sa peine lors de la deuxième partie du film. Une chose commune aux films de guerre asiatique est qu'ils sont très souvent extrêmement patriotiques, jusqu'à l'écoeurement. Ce film se démarque donc totalement des autres en ne l'étant pas du tout. Il préfère privilégier l'homme à la patrie. Enfin un réalisateur qui a tout compris.

Le film se découpe en deux parties distinctes, et le basculement à la moitié du film aura de quoi surprendre car on ne s'y attend pas du tout.
La première partie est truffée de fusillades, batailles, toutes les plus réussies les unes des autres. La seconde s'axera sur le héros, et sur sa démarche pour tenter de retrouver les corps de ses hommes, et réhabiliter leur mémoire.

Un film à ne pas manquer, l'un des meilleurs du genre.

 
Note : 18/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 06:14
undefined

                                                                                          Film HK de Johnnie To et  Wai Kar Fai (2007)
                                                                                          Genre : thriller, action
                                                                                          Durée : 1h30
                                                                                          Avec : Andy On, Lau Ching-Wan

L'histoire : Une arme à feu, appartenant à un policier, est liée à une série de cambriolages et de meurtres. Son propriétaire, Wong, a récemment disparu alors qu'il poursuivait un suspect. L'inspecteur Ho est en charge de l'investigation concernant les meurtres. Il sait que sa seule chance de résoudre cette affaire est de demander de l'aide à son mentor et ancien supérieur, Bun. Ce dernier était considéré comme un profiler doué, jusqu'à ce qu'il perde la raison quelques années plus tôt. Vivant reclus, Bun a le don de voir à l'intérieur des gens. Mais ses manières peu orthodoxes insinuent le doute dans l'esprit de Ho...

18818914_w434_h_q80.jpgCritique : En allant voir ce dernier film de Johnnie To sorti dans nos salles, je ne m'attendais clairement pas à un film aussi confus. Difficile en effet de comprendre quelque chose, et ce tout le long du film. On n'a jamais aucune certitude, seulement des questions. Heureusement le dénouement du film nous explique beaucoup de choses, même si certaines questions restent en suspend.
Les acteurs ne sont pas à remettre en cause : Lau Ching-Wan est impeccable en ex-flic à moitié fou, aux méthodes de travail très particulières. Grâce à son jeu formidable, il insinue constamment le doute dans notre esprit.
Andy On est tout aussi troublé que le spectateur concernant cet ex-flic, ne sachant pas s'il est fou ou s'il voit vraiment les "démons" des gens. 
Dans toute cette confusion, on souffle un peu lors des passages plus légers, qui prêtent souvent à sourire, comme par exemple quand on voit la tête des policiers devant l'attitude un peu timbrée de Bun (la scène d'ouverture en est le parfait exemple).  Les passages plus émouvants sont aussi agréablement appréciés, comme les scènes où Bun parle avec sa femme.
Au final, Mad Detective s'avère un film trop confus, mais selon moi pas au point d'être prise de tête. Encore heureux, sinon on serait sortis de la salle depuis bien longtemps. Mais visiblement certaines personnes n'ont vraiment pas pu supporter la complexité du scénario, au vu des quelques personnes sorties de la salle avant la fin.
Dommage qu'en ayant voulu faire original, Johnnie To ait fait d'une histoire à la base très simple, quelque chose de trop compliqué.  

Note : 13/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article