Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 12:01

undefined
 
 
Film coréen de Kang Wu-Seok (2003)
Genre : guerre , drame
Avec : Gyeong-Gu , Jun-Ho Heo
Durée : 2h13


L'histoire : 1968 : Silmido est une île coréenne où est établie un centre d'entraînement de l'unité de force spéciales 684. Cette unité est préparée pour l'assassinat du président nord coréen Kim Il Sung.


undefinedCritique : Voilà encore un film que j'aurai eu du mal à regarder jusqu'au bout. Après une heure de film, j'avais décroché et décidé de ne revenir dessus que plus tard, histoire de quand même pouvoir faire une critique de la globalité du film.

Le film avait pourtant bien commencé, avec une scène d'introduction dynamique, puis on débarque sur la fameuse île et on fait connaissance de ces petites frappes. L'entraînement commando commence, c'est dur, les chefs n'hésitent pas à leur taper dessus histoire de les motiver encore un peu plus. Jusque là, ça reste regardable. J'ai trouvé les personnages par contre relativement détestables : d'accord ce sont tous d'anciens gangsters, mais ils auraient pu s'arranger pour qu'on éprouve quand même un brin de sympathie à leur égard, d'autant plus qu'ils sont tous très caricaturaux et n'évoluent pas vraiment. Ils s'insultent entre eux, et ça vole souvent pas haut, et ce toutes les 30 secondes.

Le film atteint son paroxysme lors du jour du départ de l'île. Le commando enfin prêt, ils vont enfin pouvoir aller tuer le président. J'ai pour ma part beaucoup apprécié le gag de dernière minute : "allez les gars, on rentre tous à la base, on doit pas le tuer aujourd'hui". C'est à partir de ce moment là que j'ai vraiment décroché. Ils prennent les spectateurs pour des idiots ou quoi ? Par la suite, ça continue de causer au camp, de s'insulter encore un peu (ça nous manquait tellement hein), de se faire tabasser, puis on a enfin droit à un peu d'action dans la dernière demi-heure, qui relève un peu le niveau global du film
.

Le film a pourtant été classé 1er au box office coréen en 2003 avec plus de 11,000,000 d'entrées.

Note : 9/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 10:49
undefined
  
                                                                                        Film chinois de Feng Xiaogang (2006)
                                                                                        Genre : wu xia pian , drame
                                                                                        Avec : Zhang Ziyi , Daniel Wu
                                                                                        Durée : 2h11

Résumé : L'Empereur, l'Impératrice, le Prince, le Ministre et le Général se rendent à un banquet organisé la nuit et où chacun aimerait voir mourir ses ennemis...


undefinedThe banquet est une adaptation libre de Hamlet . En lisant le résumé , j'ai tout d'abord cru avoir affaire au film la cité interdite, mais en voyant Zhang Ziyi sur l'affiche, j'ai bien compris que c'était pas le même. Et pourtant, bonjour les ressemblances ! L'histoire de l'impératrice qui complote contre son époux en est le parfait exemple, étant au centre de l'histoire. Contrairement à la cité interdite , qui n'était pas certes exempt de défauts, mais tout de même intéressant, j'ai trouvé The Banquet de faible intérêt. Le majeur problème c'est que c'est trop lent et long. Classé wu xia pian , il s'agit plus en réalité d'un drame intimiste , et je me suis ennuyée. Zhang Ziyi est habituellement une bonne actrice, mais là elle m'a légèrement déçue. L'histoire se raprochant sur plusieurs points de La cité interdite, j'ai eu l'impression de voir un remake de celui-ci, et c'est un peu normal, puisque tous deux s'inspirent de la même oeuvre. Autant dire que je n'ai pas vu de grand intérêt dans ce film , et j'ai du accélérer plusieurs scènes pour ne pas m'endormir. Là où La cité interdite misait tout sur la beauté visuelle , la couleur dorée étant prédominante, The banquet a des décors plus classiques, avec une prédominance de la couleur rouge.
The Banquet est au final un film assez décevant. C'est un drame intimiste, avec quelques scènes d'action mais si vous cherchez du dynamisme passez votre chemin. Pour ma part ce n'est pas ce qui m'a le plus dérangé (sinon je sens qu'on va me dire que je n'aime pas les films lents), c'est juste que l'histoire était inintéressante, et pour ma part du déjà vu.


Note : 9/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 22:16

JSA.jpg
 
                                                                                                    Film coréen de Chan-Wook Park (2000)
                                                                                                    Genre : guerre , drame
                                                                                                    Durée : 1h50
                                                                                                    Avec : Young-Ae Lee , Byung-Hun Lee , Gang-Ho Song

L'histoire : Séparée par une zone démilitarisée de quatre kilomètres de large ligaturant la péninsule d'est en ouest -la " Joint Security Area "-, les deux Corées se font face depuis la fin de la deuxième Guerre Mondiale. Seul point de contact entre celle du Nord et celle du Sud, The Bridge of No-Return est une passerelle traversant la rivière Sachon qui relie les deux zones démilitarisées.

undefined  C'est dans ce contexte, un lieu hautement stratégique où le moindre incident est lourd de conséquences, que deux soldats nord-coréens sont retrouvés morts de leur côté de la frontière, assassinés par LEE Soo-Hyuk (LEE Byung-Heon), un soldat du sud qui n'aurait jamais dû se trouver du côté nord. Le meurtrier plaide aussitôt coupable mais la Commission d'armistice dépêche sur place Sophie E. Jean (LEE Young-Ae), une enquêtrice Suisse d'origine coréenne pour élucider le " pourquoi " de la chose. Face à la méfiance et au mutisme des autorités, elle aura fort à faire pour faire éclater la vérité.

Critique : Film hautement acclamé par la critique, et qui remporta le Lion d'or du meilleur film, meilleur acteur et Prix du public au festival du film asiatique de Deauville 2001, JSA est en effet un excellent film.
Davantage un thriller qu'un film de guerre (ne pas s'attendre à beaucoup d'action), le scénario est très bien écrit, et la narration fluide. Pas un seul moment on ne décroche, malgré la lenteur apparente, les acteurs sont tous très bons, et leur histoire encore plus touchante. Une bonne leçon d'humanité que nous sert ce film, qu'on retiendra pendant longtemps. Un film sans fausse note, même si j'émets une petite réserve sur le choix final du soldat Soo-Hyuk, son acte était-il vraiment nécessaire ?
Un film bien écrit, bien filmé, une sympathique bande sonore, et finalement un message pacifiste. Rien de plus à ajouter, à ce film décidément à classer parmi les chef d'oeuvres du cinéma coréen.

Note : 17/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 23:29

undefined
 
 
Film coréen de Joon-Ho Bong (2006)
Genre : horreur , fantastique , drame
Durée : 2h
Avec : Hee Bong Byeon , Du-Na Bae


L'histoire : En Corée du Sud, du fond de la rivière Han surgit une étrange créature. Celle-ci sème la terreur parmi la population locale et emporte avec elle la jeune Hyun-seo. Sa famille se met en tête de la récupérer...

undefinedCritique : Il est tout d'abord nécessaire de préciser je n'aime pas les films d'horreur et de gros monstres, j'en regarde jamais. Si j'ai regardé ce film, c'est uniquement pour les très bonnes critiques que j'ai pu lire. Il n'y aura donc pas de miracle : je n'ai globalement pas aimé ce film.
1er point : la grosse bête : à ma grande surprise je l'ai trouvé très réussie, chapeau les images de synthèse on y croit vraiment, c'est du vrai travail de pro. Effrayante à souhait, apparaissant quand on s'y attend pas et nous faisant sursauter, on a notre dose en émotions fortes. Elle est pas jolie à voir (normal faut qu'elle fasse peur) mais en plus, elle mange les humains, et recrache les restes d'os, ce que la caméra filme jouissivement pendant une bonne minute, nous donnant bien envie de vomir. Le film dénote cette envie de choquer, ce qui m'a le plus dégoûté.
2ème point : la critique. Le film ne se résume pas en une grosse bête qui court partout et mange tout sur son passage. Il y a une critique des méchants américains, qui déversent un produit toxique dans le fleuve à l'origine de cette bestiole. Le film a une portée donc. Enfin voilà, on en parle très peu, et la critique passe vraiment au-dessus de la tête. Dommage.
3ème point : l'humour noir. Et oui, malgré la noirceur du film, les morts régulières, les héros malmenés, bah on trouve le moyen de vouloir nous faire rire. Pour ma part, j'ai trouvé cet humour noir très déplacé. Un mélange des genres visiblement voulu par le réalisateur, mais qui fait complètement retomber à plat le sérieux du film et de ses propos.
4ème point : la fin. On n'est pas dans un film américain où le héros en bave jusqu'à la fin pour sauver ses proches et y parvient de justesse à la fin. Résultat mérité quoi. Là c'est un film coréen, donc ne pas s'attendre à ce style de fin. Le perso principal, anti-héros, en bave bien comme il faut, mais ça paye pas. Frustrant.


Ma note : 8/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
1 mai 2007 2 01 /05 /mai /2007 22:52

 

undefined

Film japonais de Yukihiko Tsutsumi (2002)

Avec : Maho Nonami , Eiko Koike

Durée : 1h20

 Résumé : L'affrontement dans un appartement de deux colocataires, une étudiante bûcheuse et une fille plus riche, toutes deux aspirantes actrices et toutes deux amoureuses du même homme...

 

undefinedCritique : voilà un film qui m'aura bien déconcerté, surtout par sa nullité. Faut dire aussi qu'avec un résumé pareil, fallait pas s'attendre à grand chose. J'ai pas trop compris l'intérêt de ce film : il n'apporte rien au spectateur, qui ne trouve même quelque instants jouissifs dans l'affrontement entre les 2 jeunes femmes (bon j'aime bien la baston en général, mais faut quand même que ce soit un minimum placé dans un contexte réaliste, et là c'est pas le cas). Deux jeunes femmes, caractères opposés, en viennent à s'engueuler pour des broutilles, et au lieu de s'expliquer calmement, commencent à se taper dessus, avec tout ce qui leur passe par la main. On a droit à des lancers d'objets à travers la pièce (encore classique ça), duel à l'épée, puis on sort la tronçonneuse (elle sort d'où déjà celle là ? ), ça cherche à s'électrocuter dans la salle de bain... Bon j'arrête là, vous l'aurez compris, c'est du gros n'importe quoi, deux filles qui se mettent sur la gueule pendant 1h30, faut être bien maso pour aimer, avec en plus le final bien gore, non merci. Visiblement le réalisateur a voulu se faire un petit délire, mais bon, il aurait pu nous l'épargner.
 

 

Ma note : 2/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 13:04

undefined

Film japonais de Shindo Kaze (2000)

Genre : drame, romance

Durée : 1h20

Avec : Mika Okuno , Chika Fujimura

Résumé : Chinatsu et Kyoko sont deux amies inséparables, logeant sous un même toit et partageant jusque le même lit. Vivant au jour le jour en gagnant quelques yens en travaillant dans des bars de nuit, leur amitié sera mise à rude épreuve le jour où Chinatsu tombe amoureuse de sa colocatrice.

love-juice1.jpgCritique : Love Juice est le premier film de la réalisatrice Shindo Kaze et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est plutôt un bon début. Le film est entièrement centré autour de la vie des 2 jeunes femmes, alternant, boulot / dodo, et passage chez le vendeur de poissons. Scénario assez simple au premier abord, les actions sont répétitives et pourtant, le film intéresse. Le film brosse le portrait de deux jeunes femmes, qui passent littéralement tout leur temps ensemble, et qui pourtant n'ont pas grand-chose en commun. Certes, toutes deux sont fétardes, vive au jour le jour et consomment un peu de drogue par ci par là, mais les ressemblances s'arrêtent là. Car l'une cherche un garçon pour sortir avec, et l'autre se sent de plus en plus attirée par sa meilleure amie et colocataire. Kyoko connait les sentiments de Chinatsu à son égard, même si elle ne le lui a jamais dit clairement jusqu'ici, mais semble ne pas vouloir dépasser le stade de cette forte complicité qui les unit. Cependant, Chinatsu ne se satisfait pas de cette relation, et veut aller plus loin. Au même moment, Kyoko rencontre un jeune homme vendeur de poissons et s'amourache de lui, alors que lui n'a que faire d'elle. La situation à sens unique rend l'atmosphère très tendue entre les jeunes femmes, et le spectateur sait que Chinatsu prendra rapidement une décision. Mais laquelle ?

On évite à la fin de justesse le drame tragique, s'approchant au contraire d'une fin plus logique et nécessaire pour Chinatsu. Aucune tristesse ne se dégage, car on sait que Chinatsu a pris la bonne décision.   

Où l'amitié s'arrête-t-elle et se transforme-t-elle en l'amour ? Un sujet maintes fois rabbatu, et pourtant Love Juice parvient à sortir son épingle du jeu, par sa réalisation et son duo d'actrices impeccable. On en redemande.

Ma note : 16/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 14:45

undefined

Film coréen de Kang Je-Gyu (1999)

Genre : policier , romance , drame

Durée :  2h00


Résumé : Ryu, un agent des services secrets de la Corée du Sud, enquête sur une conspiration terroriste organisée par des activistes de la Corée du Nord. Celle-ci souhaiterait déclencher une guerre en faisant exploser une bombe au stade de Séoul pendant que les Présidents des deux pays assisteront à un match opposant le Nord au Sud.


undefinedCritique : Voilà quelques temps maintenant que j'ai vu ce film. Il fait partie des tous premiers films que j'ai vu lors de mon envie de découvrir le cinéma asiatique plus en profondeur. Film vivement conseillé, qui a de plus remporté de nombreux prix, quelle impatience j'avais donc à le visionner. Présenté comme un film d'action, critiques et bande annonce énergique à l'appui, quelle déception j'ai eu en constatant qu'il s'agissait plus de la narration d'une romance qu'autre chose. Je dois le dire franchement, je me suis ennuyée. Pour un film policier, il est relativement lent avec peu de scènes d'action, seul le final est sympathique et libérateur (j'ai failli à plusieurs reprises arrêter le film car je m'endormais). Le final est vraiment pas mal, même si à mon goût, gâché par sa teneur tragique *spoiler* la femme meurt *spoiler*.

Shiri est un film trop déséquilibré, avec de trop rares scènes d'action et beaucoup de romance à l'eau de rose inutile. Bref, Shiri est un petit film, sans grand intérêt, le cinéma coréen a déjà fait mieux.


Ma note : 9/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 13:18

 friend.jpg

 

Film coréen de Gwak Gyeong-Taek (2001)

Genre : biographie , drame

Durée : 1h55

Acteurs : Jang Dong-Gun , Yu Oh-Seong , Seo Tae-Hwa

Résumé : Pusan : quatre amis d'enfances, aux origines sociales diverses, grandissent ensemble dans la Corée des années 70 et 80. Sang-taek , le narrateur , est un élève studieux, Jung-ho est le boute-en-train de la bande, Jun-seok est le caïd de l'école et Dong-su son acolyte. À travers 4 époques décisives de leur vie, Sang-taek nous raconte l'histoire de leur amitié : l'insouciance de leurs 13 ans en 1976 ; leurs retrouvailles au lycée en 1981 ; puis en 1983 l'université pour les deux premiers et la déchéance dans le crime pour les seconds ; et, finalement, la rivalité maffieuse entre Jun-seok et Dong-su au début des années 90.

 

undefinedMa critique : Film culte pour certains, d'ailleurs classé  n°1 au box office coréen en 2001, Friend  n'a pourtant rien d'un chef d'oeuvre. Catégorisé de film de gangster, Friend est en réalité un drame intimiste biographique.  On suit l'histoire de cette bande de copains, à travers les âges. Le début du film, racontant leur jeunesse, n'apporte pas grand chose d'intéressant, et ennuie plus qu'autre chose.

Le passage à l'adolescence est un brin plus intéressant, les personnalités de chacun commençant à se forger. Mais c'est bien au moment de l'université, que le film devient réellement intéressant, et plus dynamique. La partie "gangster" du film éclot alors réellement (bien qu'il y ait eu quelques bastons avant) avec la confrontation entre les deux amis Jun-Seok et Dong-Su, devenus gangsters dans des clans mafieux rivaux. Ce dernier tronçon du film est le seul véritable intérêt du film, avant le final, tragique. Les acteurs sont tous très corrects, on reconnaitra d'ailleurs l'acteur qui a joué dans l'excellent film de guerre coréen Frères de sang.

Un film au final quelque peu décevant, surtout quand on sait qu'il a été n°1 au box office coréen, on s'attendait à mieux.

 

Ma note : 11/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 19:38
undefined

Film coréen de Choi Ik-Whan (2005)
Genre : fantastique , drame
Durée : 1h45
Avec : Kim Ok-Bin , Seo Ji-Hye
 
L'histoire : Yeong-Eon reste tard le soir pour réviser son chant ; en sortant elle se fait tuer par un fantôme dans le couloir, et devient elle-même une âme errante dans le lycée ; elle ne peut pas sortir, et ne peut avoir de contact avec personne, sauf avec Sun-Min, sa meilleure amie, qui entend sa voix...

undefinedMa critique : Voice est le 4ème film de la célèbre série des films fantastiques coréens Whispering Corridors. Comme ses précédesseurs, Voice est un subtil mélange entre le drame classique et le film fantastique. L'histoire a toujours lieu dans une école pour jeunes filles et raconte des histoires de fantômes.
Ici, l'accent est mis sur la voix, thème récurrent durant tout le film. Le film est centré autour de l'héroïne ,Yeong Eon, qui se  fait assassiner dès le début du film et qui tout le long du film va tenter avec sa meilleure amie de savoir qui l'a tuée et pourquoi. Le film fait donc encore appel à un système de flashbacks, à travers lesquels, on va reconstituer le fil conducteur des évènements qui ont amené à sa mort.

Le film pourrait être qualifié de simple thriller dramatique s'il n'y avait pas cette atmosphère  fantastique, de par la présence du fantôme de la jeune femme qui erre dans l'école, et aussi les quelques morts surnaturelles qui parsèment le film. Un film à tort qualifié de film d'horreur, ne faisant que vaguement frissonner par moment, et encore, c'est selon la sensibilité de chacun. Un film assez lent et long à se mettre en place et qui pourtant parvient à captiver, le spectateur se trouvant comme l'héroïne plongé dans sa quête de la vérité et de la raison de sa mort. Un suspens maintenu tout le long du film et le spectateur finit ravi d'avoir pu éclaircir le mystère. Le film finit pourtant sur une scène surprenante et qui déconcerte, pas vraiment utile et qui ne fait qu'embrouiller le spectateur.

Un film assez déconcertant dans le sens où il n'est ni vraiment un film fantastique, ni vraiment un drame classique, il est un peu tout cela à la fois. Cependant, l'intrigue est suffisamment bien menée pour intéresser le spectateur et lui donner envie de connaître le fin mot de l'histoire.

Ma note : 14/20

Film non sorti en DVD en France
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article