Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Articles Récents

Pages

21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 05:00


4 juin

Filatures






Résumé : Une branche secrète de la police de Hong Kong mène des filatures sophistiquées. Le Capitaine Huang engage Piggy, une débutante au visage ingénu, donc, insoupçonnable. Ensemble, ils vont tenter de remonter jusqu'au " cerveau " d'un casse. Mais le cerveau devine le danger et disparait. Piggy est assignée à une nouvelle affaire. Alors qu'elle est en pleine filature, sa route croise celle du cerveau...



















Election 1 et 2






Résumé : Les grandes figures de la Wo Shing Society, la plus ancienne triade de Hong Kong, s'apprêtent à élire un nouveau leader. Des rivalités naissent entre deux candidats. L'un est très lié aux traditions de la Triade, l'autre veut les bouleverser, quitte à utiliser la violence et la fraude.
























Exilé










Résumé : Macau, 1998. Trois tueurs à gage venus de Hong Kong débarquent pour liquider un des leurs, qui a trahi le milieu afin de changer de vie...





















Sparrow








Résumé : A Hong Kong, un Sparrow est un pickpocket. Kei est le plus habile de tous. Entre deux vols de portefeuilles avec les membres de son gang, il aime arpenter la ville à vélo, et prendre des photos.Un jour, une femme ravissante, Chun Lei apparaît dans son viseur. Il est ensorcelé.Chaque membre du gang va tomber sous le charme de cette femme qui ne les a pas croisés par hasard.Elle veut que les pickpockets dérobent pour son compte quelque chose de très précieux...






















16 juin

The Myth






Résumé : Jackie Chan y incarne un archéologue, sorte d'Indiana Jones des temps modernes. Une jeune femme, incarnée par l'actrice Kim Hee Sun, apparaît sans cesse dans ses rêves. En parallèle, le général Meng-Yi, au service de l'Empereur, cherche à tout prix à sauver la femme du monarche, dont il est pourtant amoureux...

Repost 0
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 09:55

 

 

 

 

 


Film HK de Wilson Wip (2007)
Genre : action, kung-fu
Durée : 1h30
Avec : Donnie Yen, Louis Koo

 

 

L'histoire : Hong Kong à la veille de la rétrocession. L'intrépide inspecteur Ma (Donnie Yen) veut faire tomber le redoutable gang des trois frères Sino-Vietnamiens. Son ami et collègue Wah Sang (Louis Koo) est un agent infiltré dans cette organisation.


Critique : Après le décevant SPL, et la bouille de Donnie Yen qui ne me revient décidément pas (et son arrogance qui transperce l'écran), c'est avec quelques apréhensions que j'ai regardé Flashpoint.

Le scénario n'a rien d'extraordinaire. Rien qu'on n'est pas déjà vu, mais il tient suffisamment la route pour nous permettre d'apprécier ce film.  

Pas vraiment le temps de s'ennuyer, le film est doté de ses quelques scènes à suspens, mais surtout, d'action. La scène finale d'ailleurs permet à Donnie Yen de démontrer à nouveau tous ses talents en matière de kung fu.

 


Flashpoint surpasse donc largement SPL. Un bon film d'action commercial. A voir.

 

 

 

 

Note 15/20 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
9 juin 2009 2 09 /06 /juin /2009 07:59



Film HK de Johnnie To (2009)
Genre : action, thriller
Avec : Johnny Hallyday, Simon Yam, Anthony Wong
Durée : 1h50

L'histoire : Un père vient à Hong Kong pour venger sa fille, victime de tueurs à gages. Sur son passeport est marqué "cuisinier". 20 ans plus tôt, il était un tueur professionnel.

Critique : Le moins que l'on puisse dire c'est que pour une fois, un film de Johnnie To aura été bien médiatisé en France. Grâce au festival de Cannes, et à la présence de notre Johnny national (Hallyday cette fois), le cinéma asiatique aura, le temps de quelques jours, été un peu plus connu du public français. France 2 a même diffusé la bande annonce lors de son JT du soir. C'est dire.

Grande fan du cinéma de Johnnie To, je ne pouvais pas rater ce nouveau film. Et je n'ai pas été déçue. Pas une seconde. Pendant 1h50 qu'on ne voit pas passer, Johnnie To nous sert un film d'action énergique, très peu enclin au bavardage, faisant davantage place à la violence sans concession, comme lors de la scène ouverture, magistrale. C'est direct, explosif, froid. On en reste scotché sur son siège.

Johnny Hallyday parle peu. Il faut dire aussi qu'il est motivé par une sombre vengeance. Quand il s'en souvient. L'astuce de l'amnésie était bien trouvée. Heureusement que ses comparses, acteurs fétiches du réalisateur (Simon Yam, Anthony Wong, Suet Lam) sont là pour la lui rappeler.

Film à la fois différent de ses précédents mais aussi identique (on retrouve le style particulier du réalisateur, ou l'idée à laquelle personne n'aura pensé : voir la scène de fusillade entre les 3 comparses et les hommes de main de Fung), voilà un film que j'aurai beaucoup apprécié. A voir et à revoir.



Note : 16/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 13:50


Film coréen de Park Han-Joon (2004)
Genre : comédie
Avec : Kim Jeong-Hwa, Gong Yu
Durée : 1h40



L'histoire : Rim Gae-soon est une jeune femme de Corée du Nord. Mais ce n'est pas une femme comme les autres. C'est une espionne qui débute dans le milieu. Sa première mission est d'aller s'infiltrer en Corée du Sud.


Critique : Mouais. A aucun moment cette soit disante comédie ne m'aura réellement intéressée. C'est long, plat, et très peu drôle. Quant à l'action, ne clignez pas des yeux ou vous la raterez.

Le film change aussi de point de vue. Au début on voit l'histoire à travers le héros, ce qui m'a d'ailleurs étonnée. C'est pas censé être une fille l'héroine du film ??? Puis on change pour voir l'histoire à travers les yeux de la jeune femme.
Désolant, navrant, même pas drôle (ou si peu), je me suis très ennuyée. La première partie du film est la plus intéressante, même si on ne comprend pas bien au début pourquoi l'histoire est expliquée du point de vue de ce type.
Je n'ai pas retenu grand-chose de "spy girl". Même la fin est ratée. Passez votre chemin.



Note : 8/20      
Repost 0
Published by sophcaro - dans comédie
commenter cet article
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 12:34


Film HK de Wilson Yip (2006)
Genre : action, kung fu
Durée : 1h35
Avec : Donnie Yen, Nicholas Tse, Shawn Yu, Charlene Choi, Daniel Wu

L'histoire : Dragon Tiger Gate narre l’itinéraire de deux frères (Donnie Yen et Nicholas Tse) qui se réunissent pour combattre un ennemi maléfique après avoir été séparés pendant de nombreuses années.

 

Critique : J'avais lu autant de critiques positives que négatives sur ce film. Du coup il m'a fallu un certain temps avant de me décider à le regarder. Et je dois dire que je ne me suis pas ennuyée un instant durant les 1 h 30 du film. Dragon Tiger Gate est un bon divertissement. Et n'a pas la prétention d'être autre chose.

C'est un blockbuster fait pour nous en mettre plein la vue, et qui plus est, servi par des acteurs de renommée. Certes l'histoire n'est pas réellement passionnante, mais regarde-t-on le film pour ça ? Soyons honnêtes, on est plus attirés par ses scènes d'action, et on n'est pas déçus du voyage. Donnie Yen et Nicholas Tse délivrent des performances tout à fait correctes, alors que Shaw Yu est un peu en retrait. Pour les points négatifs, on pourra regretter les effets spéciaux pas toujours réussis, surtout pour la séquence finale. Je ne parle pas des coupes de cheveux des héros ridicules qui m'auront bien fait rire (ils arrivent à voir avec une telle frange ??).

Dragon Tiger Gate intéressera les amateurs de kung fu et de film d'action pur et dur. Ne cherchez pas un scénario fouillé, n'attendez pas un chef d'oeuvre, et vous passerez une agréable soirée.

 

Note : 15/20 
Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 11:50

 

 


Film japonais de Kenta Fukasaku (2005)
Genre : action
Durée : 1h35
Avec : Aya Matsuura


L'histoire : Recrutée par une agence policière secrète et clandestine, "K" a pour première mission de s'infiltrer au sein d'un groupe d'élèves venant d'une des écoles les plus prestigieuses du pays, ceux-ci étant en fait des terroristes anarchistes voulant plonger le Japon dans le chaos. Equipée de son yo-yo d'attaque en métal, elle s'installe alors dans l'université...


Critique : J'avoue avoir regardé ce film plus pour la présence intriguante de la chanteuse japonaise Aya Matsuura au casting que pour autre chose. J'aime beaucoup cette chanteuse, mais je doutais un peu de ses talents de comédienne. Mal m'en a pris. Qu'elle ne fut pas ma surprise de constater qu'elle est au contraire le meilleur atout du film. Et je dois avouer que j'ai tenu jusqu'au bout du film surtout grâce à sa présence.

En effet, le scénario ne parvient à aucun moment à réellement passionner. La thématique abordée du suicide est assez casse-gueule, et le mélange des tons, la mauvaise performance de certains acteurs, et certains dialogues médiocres n'aident pas du tout. Honnêtement, j'attendais mieux du réalisateur de Battle Royale 2. Je sais que ce dernier a été décrié, mais j'avais passé un meilleur moment lors de son visionnage que devant Tokyo Girl Cop.

Quant aux scènes d'action, à la mise en scène, et aux effets spéciaux, je les ai trouvés plus que corrects. Je craignais un peu l'utilisation du fameux yo-yo dans les scènes de combat (je me disais que ça allait être complètement ridicule), mais au final, ça passe. Il faut dire aussi qu'elle ne l'utilise pas tant que ça.

Que retenir donc de ce Tokyo Girl Cop ? Qu'Aya Matsuura se débrouille très bien, et révèle ici d'étonnants talents de comédienne. Pour le reste, rien de transcendant malheureusement. Le film n'est pas mauvais, mais n'est pas vraiment non plus une réussite.

 

 

 


Note : 12/20

 

Repost 0
Published by sophcaro - dans action
commenter cet article
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 15:01


11 février

Tokyo Girl Cop





Résumé : Dans l'espoir de faire libérer sa mère retenue par la C.I.A., "K", une jeune délinquante, est contrainte de travailler pour les Services Secrets. Elle est chargée de s'infiltrer dans un lycée de Tokyo afin de stopper une rébellion menée par les élèves. Elle n'a que trois jours pour agir avant qu'ils ne se transforment en bombes humaines...











18 février


Opapatika





Résumé : Pour devenir un Opapatika et être immortel, une seule méthode : le suicide. Chacun à un super-pouvoir bien spécifique qu'il doit payer durement par un contre-pouvoir. Leur doyen, Sadok, enrôle une armée de mercenaires afin d'asseoir sa suprématie sur Terre. Mais c'est sans compter sur Jiras, un dangereux et énigmatique Opapatika.













25 Février

Sakuran



Résumé : Yoshiwara, quartier des plaisirs et du divertissement de la capitale Edo, l'ancienne Tokyo. Réservé à l'élite de la société japonaise, ce quartier clos est la demeure des plus grandes courtisanes de l'époque : les Oïran. Elles font et défont les tendances et la mode de l'époque, et sont aussi enviées que détestées... Parmi elles, une femme, Kiyoha, va devenir une légende sous le nom de Higurashi...









Et aussi :

Tiger Cage 1,2,3




Repost 0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 16:20



Film coréen de Seok-Beom Kang (2006)
Genre : drame, action
Durée : 2h
Avec : Rae-Won Kim, Yi-Jae Heo



L'histoire : Tae-sik, un ancien gangster, a été mis en liberté conditionnelle après avoir passé 10 ans en prison. Il retourne dans sa ville natale, mais il trouve peu de réconfort, car beaucoup de personnes continuent à voir en lui un dangereux gangster. Il s'installe avec sa mère adoptive Kim Hae-suk et sa fille Huiju qui dirigent un restaurant appelé Sunflower. Ce que Tae-sik ne sait pas, c'est que lorsqu'il était en prison, la ville a été reprise par un gangster nommé Cho Pansu.


Critique : Calme et serein je resterai, quoi qu'il arrive... Cela pourrait être le leitmotiv du héros du film, qui n'aura eu cesse de me taper sur les nerfs. Son inactivité face aux évènements se déroulant sous ses yeux m'aura consternée, et agacée. Comment peut-on rester impassible face à une telle situation ? Comment ne pas vouloir protéger sa famille ? Comment peut-on rester dans un tel état quasi-léthargique ?

Le thème abordé en début de film est pourtant intéressant, c'est la principale raison qui me l'aura fait regarder. Comment un ancien délinquant, haï et craint de tout le voisinage, peut-il se réinsérer dans la société après avoir purgé sa peine ? Evidemment, on voit les difficultés du jeune homme à se faire accepter tel qu'il est, c'est à dire changé. Ce n'est plus un voyou, mais tout le monde continue de le voir comme tel. C'est parfois amusant dans les réactions de certains, mais souvent on ne ressent que de le peine pour ce jeune homme qui a définitivement fait une croix sur son passé. Un peu trop peut-être, vu la tournure que prennent les évènements, alors qu'il fait tout pour ne pas s'adapter à la nouvelle donne.

Ce qu'on attend le plus, c'est qu'il réagisse. Il va finir par le faire, mais trop tard, quand ça ne sert plus vraiment à rien. Le film se clôture d'ailleurs sur une des scènes les plus égoïstes qu'il m'ait été donné de voir, puisque le héros choisit de laisser derrière lui sa soeur, qui n'a désormais plus personne au monde pour s'occuper d'elle...

C'est donc avec un arrière-goût amer que j'ai vu le générique de fin défiler, complètement dégoûtée par cette histoire, qui n'était pas du tout celle que j'attendais. Le personnage principal accumule les réactions illogiques, du début jusqu'à la fin. Encore un sujet gâché par un réalisateur qui a créé un héros des plus agaçants. Bravo.

Note : 7/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 14:06


Film taïwanais de Zero Chou (2008)
Genre : drame
Durée : 1h39
Avec : Lu Yi-Ching, Chao Yi-Lan, Ma Yi-Hang



L'histoire : Dans le film de Zero Chou, les «fleurs à la dérive», ce sont trois Taïwanaises : une enfant, une jeune fille et une vieille femme en quête de leur identité, dans le tourbillon de la vie. Le film tisse artistiquement leurs histoires entrelacées pour en faire un récit poétique. Comme le temps qui s'écoule et qui passe, comme l'amour qui vient et qui va, ainsi se déroule la quête de ces trois femmes à la recherche d'elles-mêmes.


Il y a Meigo, huit ans, qui découvre le premier amour en surprenant par hasard Jing, sa soeur aveugle, en train d'embrasser Chalkie, l'accordéoniste aux allures de garçon manqué de son groupe. Il y a aussi, Lily qui lutte contre la maladie d'Alzheimer, pour conserver ses souvenirs de jeunesse avec son vieil ami Yen, malade du sida. Il y a enfin Chalkie que l'on retrouve au Collège, quand elle se bandait les seins naissants pour paraître un garçon manqué.



Critique : Après le réussi Spider Lilies, Zero Chou nous narre cette fois-ci non pas une histoire mais trois, réunies en un film de 1h35. Trois segments de 30 min chacun environ, aux histoires bien différentes, mais dont l'héroine aura à chaque fois des allures de garçon manqué, trompant ainsi souvent son entourage sur son sexe.

Un segment se démarque clairement des deux autres : celui du milieu. C'est le plus dramatique des trois, et celui qui m'aura le moins intéressé. Les deux autres auront plus captivé mon attention, même si c'est surtout le premier qui m'aura vraiment marqué. La relation entre les 3 protagonistes - les 2 soeurs et l'accordéoniste - est touchante. Les passages chantés apportent beaucoup à ce segment, que ce soient dans les paroles, que dans la sensualité qui se dégage de la chanteuse aveugle. La petite soeur amoureuse de l'accordéoniste aborde une thématique déjà abordée dans Spider Lilies, avec le personnage de Jade : l'amour peut frapper à tout âge.

Le dernier segment quant à lui revient sur l'adolescence de l'accordéoniste, et son rejet de son corps, qu'elle n'accepte pas tel qu'il est (elle tente de dissimuler sa poitrine). Il lui faudra une rencontre, pour qu'elle finisse par s'accepter.

Drifting Flowers n'atteint pas le niveau de Spider Lilies, principalement à cause de la construction de son récit. La réalisatrice prend certes soin de lier ses trois fragments, mais leur inégalité fragilise le film. Le segment du milieu n'a rien à voir avec les deux autres et n'a donc pas vraiment sa place, n'abordant pas du tout les mêmes thèmes que les autres. Il manque aussi un petit quelque chose pour que les 2 autres segments nous passionnent. L'intérêt est là, mais rien de mémorable. Peut-être manque t-il un brin de sensualité qui débordait tant dans Spider Lilies. L'alchimie entre les actrices crevait l'écran. Ici, ce n'est à aucun moment réellement le cas.


Note : 12/20
Repost 0
Published by sophcaro - dans drame
commenter cet article
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 06:00


Film HK de Joe Ma Wai-Ho (2002)
Genre : comédie, romance
Avec : Daniel Wu, Miriam Yeung
Durée : 1h43



L'histoire : Jeune recrue de la police, LK Fong n'est pas vraiment affectée au service dont elle rêvait : les Objets Trouvés. Heureusement pour elle, une occasion se présente : elle est choisie pour jouer une fausse serveuse et ainsi espionner le fils d'un membre de la pègre.

Critique :  Au vu du résumé, je m'attendais à une comédie un peu du même style que l'excellent She's on Duty. Là où ce dernier est un habile mélange d'action/comédie, Love Undercover est principalement une comédie. Et ça fait longtemps que je n'en avais pas vu une aussi réussie.

Passons vite fait les effets de caméra pas très réussis et intéressants, et vous obtenez un film très bien joué, et enchaînant les situations comiques avec réussite. Le film réussit à faire rire du début jusqu'à la fin sans s'essouffler, ce qui est assez rare dans les productions asiatiques pour le souligner. Il évite aussi heureusement les gags grotesques ou d'un humour douteux.

Bien sûr, la relation entre l'héroïne et le personnage interprété par Daniel Wu est irréaliste, tout comme l'identité de ce dernier d'ailleurs, mais on ne regarde pas ce genre de film pour la crédibilité. Tout ce qu'on veut, c'est passer un bon moment et rigoler. Et c'est ce qu'on fait de A à Z. Un vrai régal.



Note : 17/20

Repost 0
Published by sophcaro - dans comédie
commenter cet article